Scandale des écoutes: Rebekah Brooks a été arrêtée

© 2011 AFP

— 

Rupert Murdoch (gauche) et  Rebekah Brooks (droite) au Stafford Hotel, à Londres, en Grande-Bretagne, le 10 juillet 2011.
Rupert Murdoch (gauche) et  Rebekah Brooks (droite) au Stafford Hotel, à Londres, en Grande-Bretagne, le 10 juillet 2011. — Rex Features/REX/SIPA

Rebekah Brooks, ex-directrice de la division britannique du groupe Murdoch, a été interpellée dimanche par la police à Londres dans le cadre de l'affaire des écoutes au sein du tabloïde News of the World, ont annoncé des médias britanniques.

Peu auparavant, Scotland Yard avait fait état de l'interpellation d'une femme de 43 ans, soupçonnée «de participation à l'interception de communications» et de «corruption», sans préciser son identité.

Mais selon la chaîne Sky News, qui fait partie de l'empire du magnat des médias, et la BBC, il s'agirait de Rebekah Brooks.

Interrogée par l'AFP, la police s'est refusée à confirmer cette information. News International, la filiale britannique du groupe Murdoch, n'a fait pour sa part aucun commentaire.

Polémique des écoutes

Cette arrestation est la dixième intervenue dans le cadre de l'enquête rouverte en janvier sur le scandale des écoutes téléphoniques pratiquées à grande échelle dans les années 2000 par le tabloïde News of the World, qui appartenait à News Corp., le groupe de Rupert Murdoch. Le tabloïde a fermé récemment à cause du scandale.

Directrice de News International, Rebekah Brooks avait démissionné vendredi de ses fonctions, emportée à son tour par le scandale. Elle avait été rédactrice en chef du News of the World au moment où une partie des écoutes ont été réalisées.

Sa démission avait été réclamée par l'ensemble de la classe politique.

Proche de Murdoch

La jeune femme a par ailleurs été convoquée mardi prochain par la commission des médias au Parlement qui a demandé à l'entendre sur cette affaire, avec Rupert Murdoch et son fils James, numéro trois de News Corp.

La police avait déjà procédé jeudi à l'arrestation d'un ancien responsable de News of the World, Neil Wallis, ex-adjoint du rédacteur en chef entre 2003 et 2007.

L'ancien rédacteur en chef du tabloïde, Andy Coulson, qui affirme n'avoir rien su de ces pratiques illégales, avait également été interpellé le 8 juillet par la police, avant d'être relâché sous conditions.

Il avait démissionné début 2007 et avait été nommé par la suite directeur de la communication du Premier ministre David Cameron, un poste qu'il avait été contraint d'abandonner en janvier à cause de cette affaire.

Le scandale du News of the World a pris une ampleur sans précédent depuis la révélation le 4 juillet que le téléphone d'une écolière disparue, puis retrouvée assassinée, avait été piraté.