Irak : «Apprendre les règles de la démocratie »

— 

Trois ans après l'intervention américaine, Mowafak Abboud donne sa vision du pays

Alors que le chaos perdure, regrettez-vous l’intervention américaine ?

Non. L’Irak est bien mieux que sous Saddam.Les gens sont libres, ils peuvent critiquer le gouvernement, ils ont des chaînes satellite, ils peuvent voyager. Tout cela était interdit avant. Leur situation économique est plus favorable. Sous Saddam, le salaire moyen était de 4 $ par mois. Maintenant il est de 300 $. Et s’il y a des pénuries de pétrole et d’électricité, c’est parce qu’il y a plus de voitures et d’appareils électriques. C’est vrai que les gens ont peur, mais l’intervention
américaine était le seul moyen de se débarrasser de Saddam.

Craignez-vous une guerre civile ?

Non. La terreur est le fait du régime précédent qui profite du vide sécuritaire, terrorise la population et tente de paralyser le pays.Mais les Irakiens veulent
profiter de la nouvelle démocratie.

Une démocratie qui peine à s’installer…

Il est vrai que ce n’est pas le moment de discuter, que nous avons besoin d’unité pour avancer. Nous devons encore apprendre les règles de la démocratie, seul
moyen de créer un gouvernement englobant toutes les communautés.

Faut-il maintenir les troupes étrangères ?

Oui, notamment pour défendre nos frontières. Le temps où nous pouvons assumer seuls notre sécurité n’est pas encore venu.

Recueilli par Clémence Lemaistre