Sénégal: Des appels lancés contre l'extradition de l'ex-président du Tchad, Hissène Habré

Reuters

— 

Des organisations de défense des droits de l'homme ont exhorté samedi le Sénégal à ne pas extrader Hissène Habré vers le Tchad, faisant valoir que l'ex-président risquait de ne pas obtenir un procès équitable dans son pays où il a déjà été condamné à mort par contumace.

Le gouvernement tchadien a annoncé vendredi que le Sénégal extraderait Hissène Habré lundi par avion et a donné l'assurance qu'il aurait droit à un procès équitable. Agé de 69 ans, Hissène Habré est accusé d'être responsable de milliers de morts durant ses huit années au pouvoir au Tchad. Il a été renversé en décembre 1990 par l'actuel président Idriss Déby et vit depuis en exil au Sénégal.

Amnesty International a estimé qu'il ne serait pas jugé dans des conditions loyales au Tchad et y risquait la peine capitale sans pour autant que les milliers de personnes ayant souffert sous son régime obtiennent justice.

«Les autorités sénégalaises ne doivent pas renvoyer Hissène Habré au Tchad où il risque la peine de mort, châtiment (...) cruel, inhumain et dégradant, et où il n'obtiendra pas de procès équitable», a déclaré Erwin van der Borght, directeur d'Amnesty pour l'Afrique.