Malaisie: 400 arrestations avant une manifestation

Reuters

— 

Au moins 440 personnes ont été arrêtées ce samedi à Kuala Lumpur alors qu'elles se préparaient à manifester contre le gouvernement du Premier ministre malaisien Nadjib Razak. Des milliers de policiers ont été déployés dans les rues de Kuala Lumpur pour empêcher la tenue de ce rassemblement contre le programme de réformes économiques voulu par le chef du gouvernement. Une partie de la capitale malaisienne a été bouclée et les forces de l'ordre ont dressé des barrages de rue et déployé des camions équipés de canons à eau.

Une forte mobilisation pourrait signaler une perte de popularité du Front national, la coalition au pouvoir, et pourrait inciter Nadjib à convoquer une élection anticipée et retarder la mise en place des réformes destinées à attirer les investisseurs étrangers. Les prochaines élections ne sont prévues qu'en 2013 mais les observateurs estiment que le Premier ministre pourrait vouloir briguer un nouveau mandat plus tôt alors que la croissance économique a atteint en 2010 son plus haut niveau depuis 10 ans.

Manifestations pour une réforme électorale

L'association Bersih (Propre) a promis de mobiliser des dizaines de milliers de militants dans le centre de la capitale ce samedi après-midi pour réclamer une réforme électorale. Il pourrait s'agir de la plus grande manifestation populaire depuis le limogeage du vice-Premier ministre Anouar Ibrahim qui avait provoqué des violences urbaines en 1998.

«Nous voulons envoyer un message clair, nous ne voulons pas d'un processus électoral fraduleux», a dit à Reuters Anouar Ibrahim, qui a pris la tête de la coalition d'opposition. Arborant un t-shirt jaune, de la couleur de la manifestation, il devrait rejoindre la mobilisation samedi après-midi. ¯Nous ne sommes pas certains de parvenir à destination. Mais le mouvement doit continuer», a-t-il dit. Les organisateurs ont promis de défiler jusqu'à un stade de la ville malgré les mises en garde contre une répression policière.

Mesures de sécurité

Selon la police, plus de 441 personnes avaient été arrêtées à la mi-journée. Le chef de la police, Ismail Omar, a indiqué à Reuters que les autorités prenaient toutes les mesures de sécurité possibles. Le gouvernement a interdit le rassemblement et les services de transports en commun ont été interrompus dans la capitale, lieu touristique, qui semblait déserte. Les manifestants se sont rendus à pied ou à bord de trains vers la grande mosquée et d'autres lieux de rassemblement dans la ville à partir desquels ils convergeront vers le stade plus tard dans la journée.

Arrivé au pouvoir en 2009, Nadjib a promis une restructuration économique et a multiplié les initiatives en faveur d'un rassemblement des différentes ethnies qui composent la Malaisie. Sa cote de popularité est passée de 45% à 69% d'opinions favorables en février, selon l'institut de sondage indépendant Merdeka Center.