Huit pro-palestiniens voulant embarquer pour Tel Aviv refoulés à Roissy

© 2011 AFP

— 

Huit militants pro-palestiniens voulant embarquer pour Tel Aviv ont été refoulés ce jeudi à l'aéroport parisien de Roissy, à la demande des autorités israéliennes qui ont transmis «une liste de personnes indésirables», selon une source aéroportuaire. Ces huit personnes devaient prendre un vol sur la compagnie hongroise Malev à destination de Tel Aviv via Budapest. Des centaines de militants ont l'intention de prendre part à une opération de solidarité avec les Palestiniens, en débarquant à l'aéroport de Tel Aviv à partir de jeudi soir.

«Leur réservation a été annulée à la demande des autorités israéliennes qui ont édité une liste de personnes indésirables», a indiqué la source aéroportuaire à propos de ces huit personnes refoulées à l'enregistrement jeudi à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. La France a adressé jeudi une mise en garde à ses ressortissants qui seraient tentés de participer à l'opération aérienne «Bienvenue en Palestine», craignant des «incidents» et des «débordements».

«La France préoccupée par les risques d'incidents et de débordements»

«La France est préoccupée par les risques d'incidents et de débordements qui pourraient intervenir à l'aéroport de Tel Aviv vendredi 8 juillet, dans le cadre de l'opération "Bienvenue en Palestine"», a expliqué dans une déclaration le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero. «Les autorités israéliennes, seules compétentes en matière d'entrée et de sortie sur leur territoire, ont indiqué qu'elles ne laisseraient pas y entrer les personnes qu'elles considèrent représenter un trouble pour l'ordre public», a rappelé le porte-parole.

Faute d'avoir pu forcer le blocus maritime de Gaza avec l'envoi d'une flottille vers l'enclave palestinienne, des associations de soutien aux Palestiniens ont appelé sur internet leurs sympathisants à converger le 8 juillet vers l'aéroport de Tel Aviv afin de se rendre ensuite dans les territoires palestiniens, dont l'accès est largement contrôlé par Israël.