Le Liban s'engage à coopérer à l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri

© 2011 AFP

— 

Le Premier ministre libanais Najib Mikati, dont le gouvernement a obtenu la confiance du Parlement, s'est engagé à coopérer avec le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) qui vient d'émettre un acte d'accusation dans l'enquête sur l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri.

Soixante-huit députés ont accordé la confiance au Parlement (sur 128 au total), où le puissant mouvement armé du Hezbollah et ses alliés ont la majorité. Les députés de l'opposition ont quitté la salle juste avant le vote.

L'opposition exige de respecter les décisions du tribunal international

«Le gouvernement (...) continuera sa coopération (avec le tribunal) conformément à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU ayant créé ce tribunal pour servir la justice», a dit Najib Mikati, dans un discours ayant précédé le vote.

Il répondait au camp de l'opposition emmené par l'ancien Premier ministre Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, qui avait exigé du gouvernement de respecter les décisions du tribunal international.

Le TSL a émis la semaine dernière des mandats d'arrêt contre quatre membres du Hezbollah, mais le chef du mouvement Hassan Nasrallah a exclu leur arrestation et accusé le tribunal d'être à la solde d'Israël et des Etats-Unis.