Egypte: Le gouvernement va sanctionner les policiers impliqués dans la répression de la révolte

Avec Reuters

— 

Le gouvernement égyptien compte limoger les gradés de la police impliqués dans la répression sanglante des manifestations de janvier dernier, rapporte ce jeudi le journal Al Ahram, propriété de l'Etat.

Cette annonce semble destinée à calmer la colère de la population à la veille de nouveaux rassemblements à l'appel des militants pro-démocratie et des groupes de défense des droits de l'homme. Les Frères musulmans ont indiqué qu'ils participeront à cette manifestation qui pourrait attirer un million de personnes dans les rues du Caire.

Plus de 800 morts

Les militants réclament la comparution rapide devant les tribunaux des représentants des autorités accusés d'avoir tué des manifestants pendant les 18 jours du soulèvement qui ont abouti à la chute du président Hosni Moubarak le 11 février.

La répression a fait plus de 800 morts et 6.000 blessés, essentiellement pendant les premiers jours de la révolution, quand la police a tiré à balles réelles sur les protestataires.

Cité par Al Ahram, un responsable des services de sécurité assure que tous les policiers «coupables des événements pendant la révolution, en particulier ceux qui se sont déroulés le 28 janvier», seront limogés.