Affaire DSK: La théorie du complot séduit les clients du Sofitel de New York

REPORTAGE Ces touristes européens se rallient à la théorie avancée par certains socialistes depuis dimanche. De leur côté, les New-Yorkais penchent plutôt pour un complot mafieux...

Bérénice Dubuc

— 

L'hôtel Sofitel de New-York, dans lequel Dominique Strauss-Kahn est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre, le 15 mai 2011.
L'hôtel Sofitel de New-York, dans lequel Dominique Strauss-Kahn est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre, le 15 mai 2011. — BEHAR ANTHONY/SIPA

De notre envoyée spéciale à New York

Un coup de fil, et la théorie du complot repart de plus belle, à Paris comme à New York. La direction de l’hôtel Sofitel de New York, propriété du groupe Accor, aurait prévenu le 14 mai dernier vers 23h45 la présidence française de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, et des faits qui lui étaient reprochés.

Mieux encore, plusieurs médias français ont rappelé ce lundi que le directeur de la sécurité d'Accor est un ancien haut fonctionnaire de la police nationale, et ont indiqué que c’est lui qui a prévenu l'Elysée.

«Il devait gêner certaines personnes»

Les socialistes ont eu vite fait de saisir la perche qui leur était tendue, et de parler de «connexions entre le groupe Accor et certaines officines françaises». En clair, de complot en vue d’éloigner Dominique Strauss-Kahn de la politique française et de la prochaine présidentielle. Et ce, même si le groupe Accor a formellement démenti «les allégations proférées» à son encontre, qu’il qualifie de «diffamatoires».

Une théorie à laquelle croient également les clients du Sofitel, à New York. Ainsi, Claude, un touriste suisse de 62 ans qui sort de l’hôtel, explique qu’il «pense que, avec l’élection qui arrive, c’est un complot politique.» Selon lui, «toute cette affaire est étrange depuis le début.» Nolwenn, 36 ans, une touriste française, est du même avis: «Je suis tout à fait d’accord. Il devait gêner certaines personnes», suppose-t-elle.

La théorie du complot mafieux

Mais une autre théorie émerge: celle du complot mafieux. DSK aurait été piégé, non pas pour l’éloigner de la politique française, mais tout simplement pour lui extorquer de l’argent. «Bien avant d’entrer dans la suite de Dominique Strauss-Kahn au Sofitel, son accusatrice savait que c’était un VIP et avait prévu de plonger les mains dans ses poches bien remplies», écrivait ainsi dimanche le New York Post, citant une source proche de l’enquête menée par la défense de DSK.

C’est aussi la théorie qu’avance Bob, agent de sécurité de 42 ans. «Si elle a découvert que c’était un homme très puissant et qu’il avait beaucoup d’argent, ça a pu lui tourner la tête, et elle a rendue son histoire publique parce qu’elle savait qu’elle aurait une compensation financière», avance-t-il. Cependant, cette théorie, favorite des New-Yorkais, n’est pas partagée les Européens. Interrogés sur le sujet, ces derniers disent qu’ils n’y croient pas, que l’idée d’un complot politique leur semble «plus crédible».