Libye: La fille de Kadhafi évoque des négociations avec les rebelles

Avec Reuters

— 

Aïcha Kadhafi, fille de Mouammar Kadhafi, a exclu jeudi le départ du dirigeant libyen et affirmé que des négociations directes et indirectes avaient lieu avec les rebelles armés.

«Où voulez-vous qu'il parte? Ici, c'est son pays, sa terre, son peuple, où pourrait-il partir? (...) Mon père est un symbole, un guide», a-t-elle déclaré sur France 2, lors d'une interview réalisée à Tripoli.

Niant tout différend au sein du clan familial, elle a assuré que son père tendait la main aux rebelles.

«Il y a actuellement des négocations directes et indirectes. Nous oeuvrons pour que cesse de couler le sang des Libyens et pour cela, nous sommes prêts à nous allier au diable, aux rebelles armés», a-t-elle dit.

Un message lancé aux femmes des soldats français

Aïcha Kadhafi, qui dit avoir étudié en France et aimer ce pays, a affirmé qu'elle n'aurait jamais imaginé que Paris «tuerait» un jour son frère et sa famille.

Début juin, cette avocate a porté plainte contre l'Otan devant la justice belge pour «crimes de guerre».

La plainte concerne un raid de l'Alliance atlantique du 30 avril durant lequel, selon elle, le plus jeune fils du colonel Kadhafi, Seif al-Arab, et trois de ses petits-enfants ont été tués.

«Je veux lancer un message aux mères et aux femmes des pilotes français qui nous bombardent. Vos maris n'oeuvrent pas pour protéger les civils en Libye, ils tuent mon peuple et nos enfants», a dit Aïcha Kafhafi.

«Et tout ça pour quoi faire? Pour satisfaire Sarkozy qui croit que plus il tue de Libyens, plus il gagne de voix aux élections», a-t-elle ajouté.

En dépit d'une série de tractations, de nombreux analystes ne croient pas que Kadhafi et son clan familial soient prêts à abandonner le pouvoir et pensent au contraire qu'ils cherchent à profiter des divisons au sein de l'Otan pour consolider leur emprise sur le pays.