L'UE va se doter d'un émissaire spécial pour l'Afrique du Nord

Reuters

— 

L'Union européenne va se doter d'un émissaire spécial pour l'Afrique du Nord afin de densifier sa politique dans la région et tenter d'accroître son influence dans le contexte de mutations rapides issu du «printemps arabe», a-t-on appris mercredi auprès de responsables communautaires à Bruxelles.

Bernardino Leon, haut conseiller en matière de politique étrangère au sein du gouvernement espagnol, est pressenti pour ce poste qui couvrira notamment la Tunisie, le Maroc, l'Egypte, la Libye et l'Algérie. Sa nomination doit encore être approuvée par les 27 Etats membres de l'UE.

«Avec les changements capitaux en cours au sud de la Méditerranée, ce nouveau représentant spécial aura un rôle crucial à jouer au moment où l'UE intensifie sa réponse aux transformations de la région», souligne Catherine Ashton, Haut Représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune.

Promotion d'un dialogue entre les forces religieuses et laïques

Les Vingt-Sept souhaitent renforcer leur influence dans ces pays géographiquement proches et adopter une politique méditerranéenne plus claire, eux qui ont souvent été accusés de fermer les yeux sur les régimes autoritaires en place avant le début du «printemps arabe».

Depuis le renversement de Zine ben Ali en Tunisie et de Hosni Moubarak en Egypte, l'UE a d'ores et déjà promis une aide économique de plusieurs milliards d'euros pour accompagner les changements et encourager les réformes annoncées.

Agé de 46 ans, Bernardino Leon a travaillé au côté de Miguel Angel Moratinos lorsque son compatriote était le représentant spécial de l'UE pour le Proche-Orient, de 1997 à 2001. Il est également confondateur de la Fondation Barenboïm-Saïd, créée par le chef d'orchestre Daniel Barenboïm pour aider à la paix entre Israéliens et Palestiniens via un orchestre réunissant des musiciens des deux camps.

De sources diplomatiques, on précise que son rôle sera aussi de promouvoir un dialogue entre les forces religieuses et laïques en Tunisie et en Egypte dans le cadre de la transition amorcée depuis cet hiver.