Revivez la libération d'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier en direct

S. C.

— 

Photographie des deux journalistes français, Stéphane Taponier (G) et Hervé Ghesquière (D), otages en Afghanistan depuis le 29 décembre 2009, diffusée par France 3 le 13 avril 2010.
Photographie des deux journalistes français, Stéphane Taponier (G) et Hervé Ghesquière (D), otages en Afghanistan depuis le 29 décembre 2009, diffusée par France 3 le 13 avril 2010. — REUTERS/Handout/France 3
>> Ce direct est désormais terminé. Merci d'avoir été avec nous pour suivre la libération des otages Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier. Retrouvez la synthèse de la journée par ici

20h38: Video- Enorme soulagement à France Télévision après la libération des otages
20h35: La compagne d'Hervé Ghesquière, Béatrice Coulon, indique sur TF1 que la date de la libération des otages est un hasard, «tout n'était que hasard, je ne devais même pas être à Paris aujourd'hui», dit-elle.
20h18: La compagne d'Hervé Ghesquière indique qu'elle a eu du mal à gérer le «problème de la durée», sachant que tout était fait pour qu'il soit libéré. La mère de Stéphane Taponier indique pour sa part qu'elle a été «bien informée par France Télévisions», mais pas par le gouvernement.
20h14: La mère de Stéphane Taponier indique aussi qu'elle a eu son fils au téléphone qui «plaisante», qui «va très bien». Elle ajoute qu'il lui a dit avoir «entendu certains messages passés sur RFI». Elle indique par ailleurs que cette libération est «une surprise totale».
20h12: La compagne d'Hervé Ghesquière dit l'avoir eu au téléphone et l'avoir «trouvé en pleine forme». «Il avait son humour habituel». Il lui a dit «avoir été 8 mois seul», séparé de son collègue.
20h10: La compagne d'Hervé Ghesquière et la mère de Stéphane Taponier disent dans le JT de 20h sur France 2 leur état d'esprit, leur «soulagement», leur «bonheur».
19h54: Les ex-otages français sont en route pour la France, selon un proche du dossier.
19h33: Pour Bernard Valero, porte-parole du Quai d'Orsay, le gouvernement Karzaï a eu un poids qu'il est important de souligner dans la libérationd e sotages français: «J'observe que les autorités françaises ont remercié les autorités de Kaboul, c'est un paramètre très important», a-t-il indiqué à 20 Minutes.
19h30: Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, a indiqué sur RTL que «la France ne monnaye pas ses otages» et qu'il n'y avait pas eu de rançon de versée. Il a également dit que l’option du coup de force militaire n'a jamais été envisagé «pour une raison simple, c’est (...) que la préoccupation première des autorités françaises a été de faire en sorte que l’on ne mette pas en danger la vie des otages». Il a ajouté que «la priorité dès les premiers jours a été de faire en sorte que nos otages ne nous échappent pas… qu’on puisse en permanence les garder dans cette région qui est une région sous contrôle français…  nous ne voulions pas qu’ils partent dans la région est».
Par ailleurs, le centriste a balayé la théorie selon laquelle «l’annonce du retrait des forces françaises aurait permis d’accélérer la libération des otages»: «Ca, je n’y crois pas un seul instant je pense qu’il n’y a aucun lien entre les deux. En revanche qu’il y ait pu y avoir un lien entre la mort d’Oussama ben Laden et la libération des otages, ce n’est pas impossible.»
19h25: La classe politique exprime son soulagement. «C'est un énorme soulagement et une satisfaction de les voir libérés. Je veux féliciter tous sont qui ont contribué à cette situation», a dit François Hollande, député PS, candidat aux primaires. «Quand il s'agit de la vie de nos concitoyens qui sont détenus loin - il y en a encore - il n'y a aucun clivage politique qui peut valoir», a-t-il ajouté. «Loin de moi l'idée de dénigrer tel ou tel effort du gouvernement mais il y a un contexte international qui a facilité cette libération, avec notamment l'annonce du retrait des troupes françaises d'Afghanistan», a cependant estimé Ségolène Royal, également candidate aux primaires.
19h10: Bernard Gérard, le député-maire (UMP) de Marcq-en-Baroeul, d'où est originaire Hervé Ghesquière, a indiqué sur RTL que c'était «un jour absolument merveilleux, extraordinaire pour Mme Ghesquière (la mère d'Hervé), pour la compagne d’Hervé et puis pour toute ma ville, parce que toute la ville s’est mobilisée…» Il a indiqué avoir eu la mère d'Hervé Ghesquière au téléphone «bien sûr un peu incrédule au début mais folle de joie devant cette situation. Je sais qu’elle est devant sa télévision en attendant de pouvoir entrevoir la photo de son fils», a-t-il ajouté.
19h: Interrogé sur les circonstances de la libération de deux journalistes, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a redit que «la France ne paie pas de rançons». Selon BFM TV, une rançon de plusieurs millions d'euros aurait en effet été versée. Alain Juppé a ajouté que le président afghan Hamid Karzaï avait beaucoup «aidé» à la libération de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière.
18h56: Le ministre des Affaires Etrangères indique que les deux otages étaient «détenus dans une zone de combat contrôlé par l'armée française», ce qui rendait les tractations encore plus délicates. Alain Juppé annonce qu'il ne répondra pas aux questions concernant le déroulement de la libération, car les ex-otages «ne sont pas encore sur le sol français».
18h55: Alain Juppé salue «l'action du comité de soutien, des journalistes mais aussi les services de l'Etat dont la mobilisation a été quotidienne».
18h53: Alain Juppé revient sur la libération des otages. «C'est un moment de joie et de soulagement» après «une longue épreuve». Le ministre des Affaires Etrangères confirme que les deux autres accompagnateurs avaeint été libérés auparavant.
18h13: Les deux otages ont été récupérés par un commando de la DGSE, selon BFM TV.
18h: Rémy Pflimlin, président de France Télévisions, s'est réjoui de la libération des deux journalistes de France 3, soulignant que c'était «un soulagement après tant de mauvaises nouvelles».
17h35: L'envoyé spécial de France 3 à Kaboul, Pierre Babey, a indiqué sur la chaîne publique que les deux otages auraient «passé la nuit (de mardi à mercredi, ndlr) à marcher» afin de rejoindre une zone recevant une couverture téléphonique pour régler les derniers détails de leur libération. Pierre Babey a ajouté que les deux journalistes libérés devaient quitter Kaboul dans la soirée en direction de Paris.
17h32: Les deux ex-otages semblent «en bonne santé» et «leur moral semble bon», selon Pierre Babey, envoyé deFrance 3 à Kaboul, qui les a vus. Il a ajouté que les deux hommes sont arrivés vers 16h, heure de Paris, «habillés en militaires». «Ils ont tous les deux le visage glabre, la barbe a disparu. Ils ont l'air en très bonne forme physique et en très bonne forme morale», a-t-il précisé. «La première chose qu'ils ont demandée c'est que leur fixeur, leur interprète qui ne les a pas quittés depuis un an et demi, puisse être accueilli en France pour les vacances», a poursuivi le journaliste, sans préciser cependant s'il avait vu cet accompagnateur.
17h25: «Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier nous rappellent à chacun que le droit à la liberté d’expression et d’information n’est pas un principe abstrait, mais une réalité que défendent quotidiennement tous les journalistes professionnels, et avec eux le ministre de la Culture et de la Communication», a réagi Frédéric Mitterrand dans un communiqué.
17h20: «Je n'y crois pas encore. Disons que j'y croirai quand je verrai mon fils demain (jeudi) vers 8h, mais pas avant», a assuré Gérard Taponier, le père de Stéphane, sur BFM TV.
16h59: Jean-François Julliard, le secrétaire général de reporters sans frontières, savoure lui aussi ce moment d'euphorie. «La leçon de cette histoire, c'est qu'il ne faut jamais désespérer», s'est-il réjouit auprès de 20 Minutes. Même s'il a fallu compter avec quelques difficultés. «Plus le temps passait, plus il était difficile de mobiliser l'opinion publique», se souvient-il.
16h54: Interrogée par 20 Minutes, Florence Aubenas refuse de donner des conseils pour la suite à Hervé Guesquière et Stéphane Taponier. «Je veux juste leur souhaiter la bienvenue chez nous».
16h51: Selon BFM TV, «une rançon de plusieurs millions d'euros aurait été versée».
16h45: «C'est un soulagement énorme pour toute l'équipe de Pièces à conviction, explique Elise Lucet à 20 Minutes. Le poids que l'on avait sur les épaules a disparu d'un coup.» La journaliste, qui présente le JT de 13h sur France 3, «continue de penser que les journalistes doivent se rendre sur le terrain».
16h42: «Ils arriveront demain matin à Villacoublay à 8h et je serai bien évidement là pour les accueillir», a affirmé Béatrice Coulon, compagne d'Hervé Ghesquière, sur France Info.
16h38: Gérard Longuet, ministre de la défense, interrogé par Le Monde, «ne pense pas» qu'une rançon ait été versée.
16h32: Revivez l'annonce de François Fillon à l'Assemblée nationale
16h28: Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, a fait part de sa «très grande joie» et «s’associe au soulagement et au bonheur de leurs familles et de leurs proches».
16h25: La mère d'Hervé Ghesquière aurait être informée avec précaution de la libération de son fils, a-t-on appris auprès du maire de Marcq-en-Baroeul, ville d'origine du journaliste.
16h23: Sur France 3, Florence Aubenas, marraine du Comité de soutien à Hervé et Stéphane: «On y croyait pas, on est tous tombés dans les bras les uns des autres», explique-t-elle en évoquant comment la façon dont le comité de soutien et la famille ont appris la nouvelle.
16h18: L'envoyé spécial de France 3 à Kaboul, Pierre Babey, affirme que les deux journalistes français «ont été un peu préparés par leur geôliers» à cette libération en étant déplacés dans une zone où le réseau télécom passait mieux. On ignore toujours, en revanche, quelles sont les circonstances de leur libération: rançon, échange, intervention militaire?
16h10: «C'est d'abord une grande émotion, une grande joie devant quelque chose qui a toujours été remis en cause avant et qui se réalise enfin», indique Rémy Pflimlin, le PDG de France Télévisions sur France 3 qui consacre une émission spéciale à l'événement.
16h08: Interrogé sur BFM TV, le père de Stéphane Taponier, Gérard, avoue avoir eu «des petits moments de découragement» pendant les dix-huit mois de captivité de son fils.
16h05: Pour l'instant, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier sont à l'ambassade de France de Kaboul. Ils devraient être rapatriés dans les prochaines heures, selon le directeur de l'information de France Télévisions, Thierry Thuillier sur BFM TV.
16h: Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères et européennes, Alain Juppé, salue cette libération. C'est «une très grande joie et un immense soulagement», affirme-t-il. «Pendant tout ce temps nous n’avons jamais cessé d’agir pour obtenir leur libération», poursuit Alain Juppé.
15h55: Elise Lucet (ex présentatrice du magazine Pièces à convictions, pour lequel travaillent Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier) explique sur BFM TV pourquoi il n’y a qu’un accompagnateur sur les trois qui a été libéré aujourd’hui. «C’est parce que les deux autres avaient été libérés avant et qu’ils avaient gardé le secret pour ne pas nuire aux négociations», affirme-t-elle. Selon elle, les négociations avaient déjà failli aboutir cinq fois auparavant.
15h44: Selon Lemonde.fr, les deux ex-otages sont attendus en France jeudi matin, à 8h à Villacoublay.
15h38: L'Elysée confirme la nouvelle de la libération d'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier dans un communiqué. «Le président de la République se réjouit de la libération de nos deux compatriotes Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, ainsi que de leur interprète Reza Din, enlevés le 30 décembre 2009 en Afghanistan.Le chef de l’État s'associe à la joie des familles. Il remercie le Président Karzai pour la gestion de cette crise ainsi que tous ceux qui ont participé à la libération des otages.Le président de la République réaffirme son soutien au peuple afghan et aux autorités afghanes.»
15h37: François Fillon ajoute: «Cette libération nous fait penser à tous les Français encore otages en Somalie, au Sahel et au Yémen. Nous oeuvreront avec la même détermination pour les libérer».
15h35: François Fillon s'exprime à l'Assemblée nationale sur le sujet: «Nous avons attendu que les familles soient directement informées de cette nouvelle qu'elles attendaient avec impatience» pour officialiser la libération des deux otages, a-t-il expliqué. Selon le Premier ministre, les deux otages «sont en bonne santé» et seront de retour «sur le sol français d'ici quelques heures».

Soulagement. Après 18 mois de captivité (547 jours précisément), les journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier ont été libérés, annonce France 3, mercredi. L'information, confirmée par le comité de soutien de Reporter sans frontières (RSF), a été annoncée à l'Assemblée Nationale lors des questions au gouvernement, a été unanimement applaudie par tous les députés présents.

De retour jeudi

Les proches des deux hommes auraient reçu un coup de fil de Sarkozy leur confirmant la libération des otages. Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier devraient être de retour jeudi, selon RSF.

Les deux journalistes, qui étaient en reportage pour France 3, ont été enlevés avec leurs trois accompagnateurs afghans - Mohamed Reza, Ghulam et Satar - par des talibans présumés dans la province montagneuse de Kapisa (60 km de Kaboul) le 29 décembre 2009.