Florence Cassez: Réunions secrètes au Parlement européen

EXCLUSIF Des eurodéputés ont pris contact avec l'opposition mexicaine au sujet de la Française...

Vincent Vantighem

— 

La Française Florence Cassez, après son arrestation au Mexique, le 9 décembre 2005.
La Française Florence Cassez, après son arrestation au Mexique, le 9 décembre 2005. — REUTERS/Stringer

Environ une heure. La réunion s’est tenue discrètement, mercredi 22 juin, dans une petite salle du Parlement européen à Bruxelles. D’un côté de la table, l’eurodéputé centriste Jean-Marie Cavada. De l’autre, Maria del Rosario Green, sénatrice mexicaine et membre du Partido Revolucionario Institucional [PRI, gauche au Mexique]. Au centre des débats: le sort de Florence Cassez.

L’approche des élections

Quatre mois après le rejet de son pourvoi en cassation et l’annulation de l’année du Mexique en France, plusieurs eurodéputés français tentent de relancer les discussions sur le sort de la Française condamnée à soixante ans de prison au Mexique. Parmi eux, Hélène Flautre d’Europe Ecologie et Jean-Marie Cavada. «C’est une nouvelle approche du dossier, confie ce dernier. On reprend les choses très discrètement pour se préparer à l’approche de la prochaine présidentielle au Mexique.»

Et en toute logique, c’est d’abord vers l’opposition que la France se tourne. En juillet 2012, le Mexique doit en effet changer de chef de l’Etat. Issu du Partido Accion Nacional [PAN, centre-droit], l’actuel président, Felipe Calderon, ne peut pas se représenter. Et la gauche est aujourd’hui en tête dans les sondages pour l’emporter.

«Il faut y aller en douceur»

«L’opposition nous a envoyé des signaux favorables, confirme Frank Berton, l’avocat de Florence Cassez. A l’inverse du pouvoir en place, elle semble favorable à trouver une issue à ce dossier.» En visite à Paris début juin, le président du Sénat mexicain aurait livré la même analyse aux autorités françaises. «Maintenant, il faut juste y aller en douceur, poursuit Jean-Marie Cavada. Il ne faut pas brusquer les Mexicains une deuxième fois…» Pour cela, une nouvelle réunion «discrète» est prévue à Strasbourg la semaine prochaine. Quant aux parents de Florence Cassez, ils pourraient se rendre à Strasbourg à la rentrée pour évoquer le dossier lors d’une conférence.