Turquie: Deux élus d'opposition maintenus en détention

Reuters
— 

La justice turque a rejeté ce mardi l'appel de deux membres emprisonnés de l'opposition, ce qui les empêchera de siéger au parlement malgré leur élection à un siège de député aux législatives du 12 juin, ont rapporté les médias turcs.

Le journaliste Mustafa Balbay et le médecin Mehmet Haberal, issus du Parti populaire républicain (CHP), sont emprisonnés en raison de leur appartenance présumée au réseau Ergenekon, soupçonné de complot visant à renverser le gouvernement.

L’AKP s’approche de la majorité de 330 sièges

Le nouveau parlement issu des élections du 12 juin doit officiellement entrer en fonctions ce mardi.

Le Parti de la Justice et du Développement (AKP) du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a obtenu pour le troisième scrutin consécutif une majorité absolue de sièges au parlement, insuffisante toutefois pour organiser un référendum constitutionnel sur une présidentialisation du régime.

La confirmation de la disqualification des deux élus emprisonnés du CHP et la menace pesant sur d'autres élus pourraient toutefois rapprocher l'AKP de cette majorité de 330 sièges par le biais d'élections partielles.

5 élus kurdes aussi maintenus en prison

Les 36 élus indépendants issus du parti pro-kurde Paix et Démocratie (BDP) devraient en outre boycotter l'inauguration du nouveau parlement mardi en raison de la disqualification de l'un d'entre eux, Hatip Dicle, condamné par le passé pour «propagande terroriste».

La justice turque a par ailleurs confirmé le maintien en détention de cinq autres élus kurdes, accusés de liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit).