Le chef de la banque centrale afghane fuit aux Etats-Unis

Reuters

— 

Le gouverneur de la banque centrale afghane, accusé par le gouvernement d'être à l'origine de l'effondrement de la première banque du pays, a annoncé ce lundi sa démission depuis les Etats-Unis.

Abdoul Kadir Fitrat a annoncé sa démission dans une interview à Reuters réalisée en Virginie. Il a ajouté qu'il n'avait pu démissionner à Kaboul «car (sa) vie était complètement en danger».

A Kaboul, le gouvernement afghan a dit ne pas être au courant de cette démission et l'a accusé de fraudes ayant provoqué la faillite de la Kabulbank, une banque privée. Le porte-parole du président afghan Hamid Karzai, Ouahid Omer, a dit à Reuters à Kaboul que le nom de Fitrat figurait sur la liste des personnes que le procureur général devrait poursuivre dans une affaire de fraudes.

Scandale national

«Ce n'est pas une démission, c'est une trahison du peuple afghan et un acte très irresponsable» a dit Omer.

Des centaines de prêts sans garanties ont été accordés à l'élite politique afghane. Le Fonds monétaire international estime qu'environ 900 millions de dollars (630 millions d'euros) sont en jeu.

Le scandale de la Kabulbank, premier prêteur privé du pays, est, selon les diplomates occidentaux basés à Kaboul, une pyramide de Ponzi, le circuit financier qu'avait notamment monté le financier véreux américain Bernard Madoff.