Yémen: Première apparition médiatique imminente pour Saleh

Avec Reuters

— 

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh fera une apparition dans les médias dans les 48 heures à venir, annonce dimanche la présidence.

Il s'agirait de sa première apparition médiatique depuis qu'il a été hospitalisé en Arabie Saoudite, après l'attaque du palais présidentiel à Sanaa le 3 juin.

Un physique abîmé
                                   
«Le président se présentera dans les 48 heures à venir malgré nos craintes que les brûlures au visage et en différents endroits de son corps soient un obstacle, étant donné que son apparence (physique) ne sera pas celle que les médias attendent», déclare Ahmed al Soufi, son attaché de presse, dans un communiqué.

Le gouvernement promet depuis début juin qu'il reviendra au pays. Al Soufi a déclaré mercredi que son état de santé s'améliorait et qu'il donnait des instructions concernant les affaires courantes.

Certains diplomates doutent de son retour. «Nous pensons qu'il a été très gravement blessé», a dit cette semaine à Reuters un diplomate occidental.

Saleh se trouvait dans la moquée du palais présidentiel lorsqu'une bombe a explosé à proximité.

Des manifestations de plus en plus nombreuses

Les manifestations de partisans, réclamant son retour, et d'opposants, demandant un transfert du pouvoir, se multiplient au Yémen.

Dans les mois précédant cette attaque, Saleh a refusé par trois fois de signer un compromis proposé par les monarchies du Golfe sufférant qu'il quitte le pouvoir en échange d'une immunité.

Le pays est confronté à la fois à des manifestations pour la démocratie, une rébellion chiite au Nord, une insurrection séparatiste au Sud et un activisme croissant d'Al Qaïda dans la même région.

Une passation de pouvoir difficile

Depuis le départ de Saleh pour l'Arabie Saoudite, les Etats-Unis pressent le gouvernement yéménite de mettre en oeuvre un transfert du pouvoir mais son fils, qui passait pour le futur président avant le mouvement de contestation, conserve une forte emprise sur le pays.

L'intérim au pouvoir est assuré par le vice-président Abd-Rabbou Mansour, qui refuse de discuter du sort de Saleh et se concentre sur les problèmes d'approvisionnement en eau et en électricité.