Sénégal: Une manifestation dispersée par la police à Dakar

Reuters

— 

La police sénégalaise a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau à Dakar ce jeudi pour disperser des centaines de manifestants qui protestaient contre une réforme du code électoral.

Des centaines d'étudiants et de protestataires s'étaient rassemblés devant le siège du Parlement dans le centre-ville, criant «libérez le Sénégal» et jetant des pierres, a constaté un journaliste de Reuters.

Ils protestaient contre un projet de loi prévoyant d'abaisser à 25% des suffrages le seuil nécessaire lors de la présidentielle pour être élu dès le premier tour.

Création d’un poste de vice-président

Selon les opposants, cette réforme du code électoral est susceptible de favoriser la réélection du président Abdoulaye Wade, âgé de 84 ans. Le gouvernement de Wade a également donné récemment son feu vert à la création d'un poste de vice-président de la République qui sera colistier lors de l'élection présidentielle.

Cette mesure est considérée par ses détracteurs comme un moyen de favoriser le fils du président, Karim, qui est déjà un «super ministre» et chargé du quart du budget de l'Etat.

Mercredi, l'Union européenne a manifesté son inquiétude quant à ces réformes.

La Constitution au Sénégal limite les mandats présidentiels à deux quinquennats. Abdoulaye Wade, arrivé au pouvoir en 2000, assure que son premier mandat ne compte pas puisque que la nouvelle loi fondamentale est entrée en vigueur en 2001.