Belgique: Le Premier ministre sortant au cœur d'un scandale sexuel

POLÉMIQUE ves Leterme aurait envoyé près de 900 «sextos» à une prétendue maîtresse qu'il aurait également pistonnée pour un emploi au ministère des Affaires étrangères...

Bérénice Dubuc

— 

Le Premier ministre belge, Yves Leterme, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 17 décembre 2010.
Le Premier ministre belge, Yves Leterme, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 17 décembre 2010. — REUTERS/Yves Herman

Les scandales sexuels s’accumulent pour les hommes politiques, et ce partout dans le monde. Après Anthony Weiner aux États-Unis, c’est au tour du Premier ministre belge sortant, Yves Leterme, de créer la polémique.

L’hebdomadaire flamand Story dévoile dans son édition de ce mardi qu’Yves Leterme a envoyé quelque «849 SMS piquants à sa maîtresse», une certaine «M.V.» vivant à Brasschaat, dans la région anversoise. Dans le magazine, la maîtresse présumée raconte qu’elle a eu une aventure avec le Premier ministre belge, alors ministre des Affaires étrangères.

Leterme «choqué par l'interview»

Leur liaison aurait commencé en 2009, et les deux amants se seraient d’abord limités à l’envoi de SMS. Puis, des rencontres auraient eu lieu, dont certaines dans un logement de fonction. Le Premier ministre aurait ensuite permis à sa maîtresse d’obtenir un poste au ministère des Affaires étrangères belge. Le rédacteur en chef de Story, Frederik De Swaef, affirme avoir «un dossier solide» pour étayer les accusations publiées dans son magazine.

Ce mardi, Story publie en effet sur son site Internet un e-mail envoyé par le cabinet d'Yves Leterme au Ministère des Affaires étrangères en novembre 2009, qui semble accréditer la version de la maîtresse présumée.

De son côté, le Premier ministre s’est dit «choqué par l'interview» et «dément avec force» les allégations avancées contre lui, a indiqué son porte-parole à l'agence Belga. Yves Leterme a expliqué au journal Het Laatste Nieuws que la femme qui se présente comme sa maîtresse est «une femme d'Anvers» qui l'a «contacté à deux reprises fin 2009, début 2010». «Elle s'est présentée comme quelqu'un qui cherchait un emploi. À cette époque, il y avait entre 40 et 60 emplois temporaires vacants en vue de la préparation de la présidence européenne. Je lui ai donc conseillé de solliciter un emploi», ajoute-t-il, précisant qu’il n’a ensuite plus entendu parler de cette femme.

«DM fail» sur Twitter

Dans le même journal, le maire de Brasschaat, Dirk De Kort, membre du même parti que Leterme, le CD&V, confirme la version du Premier ministre, indiquant que cette femme «ne semble pas complètement équilibrée sur le plan mental». Cependant, ce n’est pas la première fois qu’Yves Leterme est au cœur d’une polémique concernant sa vie personnelle.

Mercredi dernier, il a ainsi posté par erreur à ses 18.500 followers sur Twitter un message privé -«Peut-être que ça ne marche pas alors. Mais tu me le diras dimanche soir hein? Tu travaillais pour Adecco? Si je t'en demande trop dis-le moi, je ne désire pas te harceler». La presse belge s’est empressée de faire le lien avec un précédent «DM fail» semblant impliquer une éventuelle maîtresse: l’an dernier, un autre tweet du Premier ministre posté par erreur -«Je veux apprendre à te connaître aussi. Et toi?»- avait suscité bon nombre de commentaires.