Nucléaire iranien: Washington s'impatiente

©2006 20 minutes

— 

Pour parer aux « menaces que l'Iran pose aux Etats-Unis », Washington compte mettre la main au portefeuille.

La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a demandé hier au Congrès 75 millions de dollars pour financer la promotion de la démocratie en Iran.

Cette somme servira notamment à développer des programmes radio et télévisés en persan.

« Les Etats-Unis s'opposeront activement à la politique agressive du régime iranien », qui représente un « défi stratégique », a ajouté Rice.

« C'est un signal politique envers Téhéran, note Bruno Tertrais, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique. Pour les Etats-Unis, c'est une façon de dire qu'ils perdent patience et n'espèrent plus grand-chose du régime islamique actuel. »

Condoleezza Rice a également annoncé hier qu'elle se rendrait en Egypte et dans le Golfe du 20 au 24 février, pour y discuter de « la façon de contrer le comportement iranien ».

Ses déclarations interviennent alors que Téhéran a annoncé mardi avoir repris l'enrichissement de son uranium, défiant la communauté internationale qui oeuvre depuis des mois pour que l'Iran y renonce.

Comme les Européens, les Etats-Unis demandent la suspension de l'enrichissement et font pression pour obtenir un transfert du dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité des Nations unies.

Cette question devrait être tranchée lors de la prochaine réunion de l'Agence internationale de l'énergie atomique le 6 mars.

La perspective de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU reste cependant « lointaine en l'état », selon Bruno Tertrais.

Si les Européens et les Etats-Unis se dirigent bel et bien vers des sanctions, « toute la question est de savoir lesquelles. Il peut y avoir une escalade graduelle. »

Faustine Vincent

Le ministre des Affaires étrangères iranien rencontrera lundi à Bruxelles la commission des Affaires étrangères du Parlement européen. « Je peux seulement penser que c'est une tentative pour rouvrir les discussions », a précisé le président de cette commission