Bactérie E.coli: les agriculteurs allemands appellent l'UE à augmenter son aide

ECONOMIE Le préjudice de la crise pourrait s'élever à une somme de 500 à 600 millions d'euros en Union Européenne...

© 2011 AFP
— 
Un homme achetant ses légumes à Berlin, le 8 juin 2011.
Un homme achetant ses légumes à Berlin, le 8 juin 2011. — AFP PHOTO / TOBIAS KLEINSCHMIDT

Le président de la Fédération des agriculteurs allemands (DBV), Gert Sonnleitner, a appelé l'Union européenne à augmenter son aide aux agriculteurs européens touchés par les conséquences de l'épidémie de diarrhées mortelles qui a fait 33 morts en Europe.

«Nous espérons que le commissaire européen à l'Agriculture Dacian Ciolos va encore augmenter la somme» proposée, qui est de 210 millions d'euros, a dit Gert Sonnleitner au quotidien Tagesspiegel samedi.

«Le préjudice (de cette crise) dans l'ensemble de l'UE s'élève entre 500 et 600 millions d'euros» dont 65 millions pour les agriculteurs d'Allemagne, a-t-il argué.

L'Espagne également fortement touchée

Les consommateurs allemands ont été invités par les autorités sanitaires à bouder concombres, tomates et salades, parce qu'ils étaient soupçonnés d'être le vecteur de l'épidémie de diarrhées mortelles. Les répercussions ont touché un bon nombre de pays d'Europe, à commencer par l'Espagne, dont des légumes ont été mis en cause à tort au début de la crise. A eux seuls, les producteurs espagnols disent avoir perdu 225 millions d'euros par semaine. La Russie a aussi banni les importations de légumes venus de l'UE.

Vendredi, tomates, concombres et salades ont été réhabilités en Allemagne, avec une levée de l'alerte contre ces légumes et l'identification par les autorités sanitaires de l'origine de la contamination: des graines germées cultivées dans une exploitation biologique du nord de l'Allemagne. Cette ferme bio a été fermée.

Le commissaire européen Dacian Ciolos a salué, dans le journal Passauer Neue Presse samedi, la levée de l'alerte contre les tomates, concombres et salades et dit attendre pour mardi le feu vert des Etats membres de l'UE pour l'aide de 210 millions d'euros.