L'ambassadrice de Syrie en France annonce sa démission puis se rétracte

DIPLOMATIE L'annonce, faite sur France 24, pourrait être une «manipulation», selon la chaîne, qui n'exclut pas de poursuivre «toutes les personnes, officines, ou services officiels qui en seraient à l'origine»...

B.D.

— 

L'ambassadrice de Syrie en France,  Lamia Chakkour, prête serment face au président syrien, Bachar al-Assad, à Damas, le 24 août 2008.
L'ambassadrice de Syrie en France, Lamia Chakkour, prête serment face au président syrien, Bachar al-Assad, à Damas, le 24 août 2008. — AFP PHOTO/HO/SANA

Une annonce et un revirement qui font polémique. L'ambassadrice de Syrie en France, Lamia Chakkour, a annoncé mardi soir sur France 24 sa démission de ses fonctions pour ne pas cautionner «le cycle de violence» dans son pays, et a reconnu «la légitimité des demandes du peuple pour plus de démocratie et de liberté». A ce moment-là, Lamia Chakkour est le premier ambassadeur syrien à démissionner depuis le début du mouvement de contestation contre le régime.

 

Mais cette première est de courte durée: un peu plus d’une heure après l’annonce, l'ambassadrice dément dans une interview téléphonique à la chaîne Al-Arabia avoir démissionné en direct, et assure avoir été victime d'une imposture. La télévision d'État syrienne diffuse également un message attribué à Lamia Chakkour, dans lequel elle dément l’annonce faite sur France 24 et menace la chaîne de poursuites judiciaires. «Je suis toujours ambassadrice de Syrie, l'ambassadrice de la République arabe de Syrie. On s'est fait passer pour moi. Je n'ai parlé à aucune chaîne au monde», a-t-elle assuré.

La directrice adjointe de la rédaction à France 24 pense «qu'il s'agissait bel et bien» de Lamia Chakkour

Interrogée sur BFM TV, Lamia Chakkour a une fois de plus démenti toute démission: «France 24 (...) diffuse un message en mon nom. Naturellement, je porterai plainte contre France 24 pour ces actes de désinformation, qui s'inscrivent dans une campagne de falsification de l'information et de désinformation qui a commencé en mars 2011 contre la Syrie.» Renée Kaplan, la directrice adjointe de la rédaction à France 24, a pourtant déclaré au Monde qu'elle connaissait bien Lamia Chakkour et qu'elle pensait «qu'il s'agissait bel et bien d'elle».

L'agence Reuters a pour sa part affirmé avoir reçu confirmation de cette démission par mail de la part de l'ambassade de Syrie en France: «Nous confirmons les informations que vous avez pu voir en direct sur France 24. L'ambassade de Syrie en France ne fera pas plus de commentaires pour l'instant», indique le texte.

France 24 promet des poursuites en cas de manipulation avérée

La direction de France 24 a ensuite publié un communiqué dans lequel elle explique que l’entretien a été préparé «en utilisant les adresses mail utilisées habituellement par notre chaîne pour entrer en contact avec le service de presse de l’ambassade» et que le numéro auquel Lamia Chakkour a été contactée pour l’interview a été «fourni par l’attaché de presse de l’ambassade de Syrie à Paris».

La chaîne précise également qu’il y a eu deux interviews «en direct» - sur l’antenne anglophone puis sur la chaîne francophone – et que Lamia Chakkour a annoncé en direct qu’elle remettait sa démission d’ambassadrice de Syrie en France «à deux reprises, et sans que [la chaîne aie été prévenue] à l’avance de la teneur de ses propos». France 24 n’exclut «ni la manipulation ni la provocation. Si tel était le cas, nous poursuivrons en justice toutes les personnes, officines, ou services officiels qui en seraient à l’origine».

>> Regardez l'annonce faite sur France 24: