Le Pentagone considérera les cyber-attaques comme des actes de guerre

SECURITE Un mémo devrait être bientôt publié, mais la stratégie face à des attaques souvent anonymes reste un casse-tête...

Philippe Berry

— 

Membre de la Air Force Space Command Network Operations & Security Center dans le Colorado, centre chargé de mettre en place des systèmes de sécurité protégeant des cyber-attaques, le 5 octobre 2010
Membre de la Air Force Space Command Network Operations & Security Center dans le Colorado, centre chargé de mettre en place des systèmes de sécurité protégeant des cyber-attaques, le 5 octobre 2010 — REUTERS/Rick Wilking

De notre correspondant à Los Angeles

Tu me voles des secrets militaires, je bombarde ton pays. Telle pourrait être la prochaine doctrine US, selon un mémo du Pentagone qui envisagerait de classer les cyber-attaques comme des actes de guerre, révélait mardi le Wall Street Journal. Mais alors que des détails émergent, la situation n'apparait pas aussi tranchée.

Le mémo spécifiant la politique de la défense américaine en matière de cyber-sécurité devrait être rendu public dans les prochaines semaines. «Si un pays désactive une partie de notre réseau électrique par une cyber-attaque, on pourrait riposter par un missile sur son réseau», confie une source militaire anonyme au WSJ.

Cyber-guerre

La nouvelle tombe après les attaques dont a notamment été victime Lockheed Martin, le principal fournisseur du Pentagone. La plupart des experts pointent régulièrement un doigt vers Pékin ou Moscou, accusés de pratiquer un espionnage industriel et d'Etat au plus au niveau.

Malgré tout, comme le relève le New York Times, l'origine de telles attaques est souvent difficile à déterminer avec certitude. Même quand vous avez des soupçons, «comment savoir si des hackers ou l'Armée de libération du peuple se cachent derrière», interroge un officiel.

De son côté, Foreign Diplomacy ironise et demande: «Que se passera-t-il si nos ennemis adoptent la même doctrine?» FP rappelle que le ver Stuxnet, qui a frappé les installations nucléaires iraniennes l'an dernier, a sans doute été mis au point par l'Occident. La course à la cyber-guerre est lancée.