Yémen: Les Etats-Unis préoccupés par l'instabilité dans le pays

Avec Reuters
— 

Les Etats-Unis craignent que les rivalités tribales compliquent la recherche d'un accord de transition du pouvoir au Yémen et que cette instabilité profite à Al-Qaida, a déclaré samedi un responsable américain. L'administration américaine reste en contact étroit avec ses alliés européens et des pays du Golfe pour tenter de convaincre le président yéménite Ali Abdallah Saleh de renoncer au pouvoir.

La contestation globalement pacifique du chef de l'Etat depuis janvier s'est transformée cette semaine en affrontements armés entre les forces fidèles au président et des combattants issus de la puissante tribu Hached, dirigée par Sadek al Ahmar. Les deux parties sont convenues samedi d'un cessez-le-feu qui ne résout en rien la crise politique plus large.

Le peu de poids des Etats-Unis

«Nous sommes très préoccupés par le fait que l'instabilité au Yémen fasse remonter à la surface des rivalités tribales existant de longue date, ce qui complique davantage le processus visant à parvenir à un accord de transfert en bon ordre du pouvoir», a dit un responsable américain, exposant sous le sceau de l'anonymat la position des Etats-Unis. «Des éléments tribaux mais aussi extrémistes tentent d'exploiter l'instabilité actuelle afin de faire progresser leurs propres petits intérêts», a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis, qui ont soutenu Saleh dans sa lutte contre la branche yéménite d'Al-Qaida (Aqpa), souhaitent désormais le voir quitter le pouvoir en raison de la forte contestation dont il est l'objet. Washington nourrit cependant de sérieux doutes quant à la capacité du puissant clan Ahmar à mettre en oeuvre des réformes politiques s'il parvenait au pouvoir, a dit le responsable américain. Les Etats-Unis n'ont toutefois guère de moyens de peser sur le cours des événements dans un pays où les fidélités tribales prédominent.