Revivez la journée de mardi: La nouvelle adresse de DSK toujours inconnue

C.C. avec Reuters

— 

21h43: Un «panic button» installé dans les hôtels new-yorkais?
Conséquence directe de l'affaire DSK, une proposition de loi de l'Etat de New York prévoit de remettre aux employés de l'hôtellerie un dispositif d'alerte («panic button») à actionner en cas d'agression. Dans le cas de Dominique Strauss-Kahn, expliquent les promoteurs de cette proposition, cela aurait permis à la femme de chambre qui aurait été agressée de prévenir la sécurité.
19h35: Le silence de la défense
Malgré les nombreuses sollicitations, les avocats de DSK ne veulent pas parler, rapporte notre envoyé spécial à New York. Un silence qui s'explique facilement: «Ses avocats ne veulent pas se dévoiler devant le procureur avant le procès. Surotut sans avoir accès aux pièces de dossier. Cette stratégie du silence est courante aux USA», selon l'avocat Matthew Galluzo.
19h: Moscovici «prêt à exercer des responsabilités»
Le député strauss-kahnien a indiqué dans un entretien aux Echos à paraître mercredi: «Je me sens prêt à exercer des responsabilités au service de la gauche et de mon pays.» Il a ajouté qu'il ne comptait pas se précipiter, mais comptait voir «comment se dessine le paysage des primaires». «Je pense qu'il y a une place pour une candidature porteuse de renouvellement», a poursuivi le député du Doubs, qui s'est dit «prêt à reprendre le flambeau» de «la famille de pensée strauss-kahnienne».
17h20: Hollande toujours favori des sondages
Après le retrait forcé de DSK, François Hollande apparaît encore et toujours comme le favori aux primaires socialistes: 41% des sympathisants de gauche souhaitent le voir désigné comme candidat à la présidentielle, loin devant Martine Aubry (28%) et Ségolène Royal (10%), selon un sondage Ifop à paraître mercredi dans France-Soir. L'ancien Premier secrétaire du PS gagne 11 points depuis une enquête de février, dans laquelle DSK n'était pas testé, l'actuelle en perd deux, et Ségolène Royal onze.
16h50: Les journalistes font le pied de grue devant le 71 Broadway
Les journalistes sont, comme jeudi et vendredi dernier, à l'affût. Dès qu'une personne en costume-cravate sort du 71 BRoadway, ils se ruent vers elle pour finalement rebrousser chemin, puisqu'il ne s'agit pas de DSK. Et, une vague d'agitation a encore traversé la foule des reporters lorsqu'une Lincoln noire s'est arrêtée quelques minutes devant l'immeuble où réside DSK, avant de repartir, raconte l'envoyé spécial de 20 Minutes sur place. DSK devrait sortir ce mardi de l'immeuble pour se diriger vers une nouvelle adresse, et cette sortie doit se faire par la porte avant du 71 Broadway, pour des raisons de sécurité.
16h32: La famille de l'accusatrice de DSK dans l'incompréhension
Reuters a rencontré une partie de la famille de la victime présumée de DSK dans un village de la région de Labé, dans le centre de la Guinée. «J'ai appris la nouvelle à la radio et honnêtement, je ne sais pas ce qui s'est passé. Je veux parler à ma soeur», déclare Mamoudou, qui se présente comme le frère de l'accusatrice de DSK. Il dit  ne pas avoir dormi ou mangé correctement depuis des jours. «Dans notre famille, les choses matérielles ne comptent pas. Même si vous êtes milliardaire, ça nous est égal. Le plus important pour nous est de suivre la voie de Dieu», souligne Mamoudou. «(Elle) n'a jamais posé de problème à la famille. (...) Elle était la plus calme», dit-il.
La religion a occupé une large place dans la famille, sous l'autorité d'un père connu comme érudit islamique. Dans ce contexte, c'est l'incompréhension qui domine face à «l'affaire DSK». «Nous avons du mal à comprendre tout ça parce que ce n'est pas quelque chose auquel nous sommes habitués», explique Mamoudou. «Si ma soeur dit ce qu'elle dit, étant donné son éducation, je la crois.»
15h51: Le changement de domicile compromis
Selon notre envoyé spécial à New York, il serait très difficile pour l'entourage de DSK de trouver une nouvelle adresse. Les recherches s'orienteraient vers une maison à Manhattan pour éviter le veto d'éventuels copropriétaires. Cependant, personne ne serait prêt à louer à l'ancien patron du FMI. Le fait qu'il sorte ce mardi du 71 Broadway semble en conséquence de plus en plus compromis.
L'un de ses avocats, Ben Brafman, est venu luir endre visite lundi soir, mais n'a fait aucun commentaire à sa sortie de l'immeuble. Les journalistes présents en masse sur place sont persuadés que DSK est toujours à l'intérieur du 71 Broadway, certains ayant réussi à entrer dans l'immeuble et à avoir confirmation de sa présence par une employée.
15h30: Les salariées du FMI veulent une femme aux commandes
Selon des emails obtenus par la chaîne américaine CNN, certaines salariées du FMI voudraient du changement à la tête de l'institution, à savoir qu'une femme la dirige. Dans ces documents, elles se plaignent en effet de la culture masculine qui règne au sein de l'organisation, un «lieu de travail dominé par les mâles» où «il serait naïf de nier qu'il y a un plafond de verre».
15h:Pékin favorable à Lagarde pour la tête du FMI, selon Paris
La Chine est favorable à la candidature de Christine Lagarde, la ministre française de l'Economie, à la direction générale du Fonds monétaire international, a déclaré le porte-parole du gouvernement, François Baroin. L'Europe semble décidée à présenter la candidature de Christine Lagarde, qui a déjà reçu le soutien explicite de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne et de l'Italie. A Pékin, le ministère chinois des Affaires étrangères a dit n'être pas compétent pour commenter l'information. Un conseiller de la banque centrale chinoise avait auparavant déclaré à Reuters que le FMI devait donner plus de poids aux pays émergents.
14h37: Un rapport consenti?
Selon BFMTV, la défense de DSK va faire valoir que le rapport était consenti et que la plaignante se serait ensuite livrée à un chantage pour extorquer de l'argent à l'ancien patron du FMI.
 






14h20: DSK doit changer de domicile ce mardi
Selon les informations recueillies par notre envoyé spécial sur place.
14h15: La police n'a donné «aucune information ni résultat» concernant les prélèvements ADN
Un porte-parole de la police l'a confirmé à l'AFP ce mardi, alors que deux chaînes de télévision américaines et une française avaient rapporté lundi que de l'ADN de DSK avait été retrouvé sur les vêtements de sa victime présumée. Citant des sources proches de l'enquête, ABC et NBC assuraient que les résultats des analyses avaient été communiqués dimanche aux autorités françaises.
13h30: «Les avocats américains de DSK sont seuls au travail»
Stéphane Fouks, qui pilotait depuis quatre ans la stratégie de communication de DSK, a indiqué dans une interview au Point que ce n'était plus lui et l'agence Euro RSCG mais «les avocats américains [qui] ont la main», car «l'enjeu est avant tout celui d'obtenir l'acquittement de Dominique Strauss-Kahn. Face à des juges américains, il vaut mieux des avocats américains que des communicants français. Sachons tirer les leçons des affaires Polanski ou Florence Cassez.»
12h52: Anne Sinclair met son blog entre parenthèses
Voici la dernière note qu'a publié lundi soir la compagne de DSK sur son blog: «Chers lecteurs, chères lectrices. Vous avez été très très très nombreux à m'adresser des messages. Je ne peux répondre à chacun mais sachez qu'ils m'ont touchés et aidés. Vous comprendrez que les circonstances m'imposent de suspendre temporairement ce blog. Je vous dis simplement : à bientôt.»
12h18: Quand des conseillers de Sarkozy se vantaient de «tenir» DSK
Selon Le Monde, le chef de l'Etat préparait déjà ses armes afin de contrer l'ex-directeur du FMI en vue de la présidentielle 2012. «Ces derniers mois, au fur et à mesure de la progression de DSK dans les sondages, des hommes de confiance de Nicolas Sarkozy se sont vantés devant des journalistes de "tenir" le patron du FMI, dont ils menaçaient de révéler les frasques», rapporte le quotidien ce mardi, évoquant notamment une note datant de 2007, «signalant la présence de Dominique Strauss-Kahn, surpris en fâcheuse posture dans une voiture, à l'ouest de Paris, dans un haut lieu des rencontres tarifées, à l'occasion d'un banal contrôle» de police.
12h05: Le point de vue de Christine Angot sur l'affaire DSK
L'écrivain le livre ce mardi dans Libération, confessant une certaine compassion, dans un premier temps, pour l'ex-directeur du FMI. «Les premiers jours j’avais envie de défendre l’homme qui tombe. Quand on est une femme c’est tentant. C’est le bon plan, courageux et planqué à la fois. Alors qu’il a manipulé tout le pays et qu’on en est tous victimes», écrit-elle. «Les premiers jours, je refusais de voir qu’il y a bel et bien un salopard dans cette histoire. Un vulgaire, un riche, un gras, un bien nourri. Je ne voulais pas céder à ça», poursuit l'écrivain avant d'asséner «la vérité»: «On aime les gens de gauche à condition que ce soit des salopards.»
11h29: DSK à la recherche d'un nouveau logement
Toujours dans le New York Post, des sources ont indiqué au quotidien que l'ex-directeur du FMI, logé provisoirement à Broadway, aurait beaucoup de difficultés à trouver un nouveau lieu de vie à New York. «Il appelle partout, mais aucun agent immobilier ne veut travailler avec lui. Il en cherche un qui lui trouvera un logement sécurisé avec plus d'intimité pour ne plus être harcelé», assure un agent immobilier au quotidien américain. DSK disposerait d'un budget mensuel de 35.000 euros.
10h57: De l'argent proposé à la femme de chambre pour qu'elle se rétracte?
C'est le New York Post qui l'affirme: des proches de DSK auraient contacté la famille de Nafissatou Diallo afin de leur proposer de l'argent pour qu'elle abandonne ses poursuites. «Ils ont déjà parlé avec sa famille. Cela va sûrement s'arranger», a indiqué au quotidien américain une femme d'affaires française, proche de l'ex-directeur du FMI. «Il va s'en sortir et retournera en France. Il n'ira pas en prison. La femme de chambre va obtenir beaucoup d'argent», a-t-elle ajouté, parlant d'une somme à sept chiffres.

Les révélations sur l'affaire DSK tombent jour après jour, resserrant l'étau autour de l'ex-directeur du FMI. Les dernières en date concernent des traces d'ADN correspondant à celui de Dominique Strauss-Kahn qui auraient été retrouvées sur les vêtements de la plaignante, selon la presse américaine.

Les résultats du test ADN concordent avec la version de la femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York rapportée par la police, indique le New York Times, citant une source proche du dossier. Citant des sources policières, le Wall Street Journal rapporte également que l'échantillon d'ADN de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) correspond au sperme retrouvé sur le chemise de la plaignante. Mais les deux quotidiens indiquent que l'avocat de DSK, Benjamin Brafman, a refusé de commenter ces informations.

Prochaine convocation le 6 juin

Dominique Strauss-Kahn est inculpé d'agression sexuelle et de tentative de viol sur une femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York. Il a été libéré sous caution vendredi dernier et est depuis assigné à résidence dans un appartement de Manhattan sous la surveillance d'un garde armé et d'un bracelet électronique.

Dans une lettre adressée dimanche soir aux fonctionnaires du FMI, l'ex-favori à l'élection présidentielle française dément les faits qui lui sont reprochés et exprime sa tristesse et sa frustration d'avoir dû quitter le FMI «dans de telles circonstances». La prochaine convocation de l'ancien ministre français a été fixée au 6 juin par la justice américaine.