Meurtres de Long Island: Quatre meurtriers différents, dont deux tueurs en série?

ÉTATS-UNIS es restes humains retrouvés correspondraient à des modes opératoires différents selon les enquêteurs. Cependant, ils pourraient aussi être le signe d'une évolution dans le mode opératoire, selon des experts...

Bérénice Dubuc

— 

Des victimes du serial killer présumé de Long Island.
Des victimes du serial killer présumé de Long Island. — REUTERS/Ho New

L’enquête se poursuit après la découverte de huit cadavres à Long Island. Et les conclusions des enquêteurs, pour l’instant, semblent s’éloigner du scénario de polar pour rejoindre une réalité bien plus terre-à-terre: cette zone allant de Gilgo Beach à Oak Beach, fréquentée par 6 millions de vacanciers chaque été, serait tout simplement devenue le dépotoir idéal pour restes humains.

Deux tueurs en série

Ainsi, les enquêteurs sont sur la piste de quatre meurtriers différents, dont deux tueurs en série. «Aussi horrible que cela puisse paraître, nous n’avons pas la preuve que tous ces restes sont l’œuvre d’un seul tueur», a indiqué le procureur du comté de Suffolk, Thomas Spota. Quatre cadavres de jeunes femmes qui se prostituaient via le site Craigslist avaient été retrouvés en décembre dernier. La police est convaincue qu’elles ont toutes été assassinées par un seul et même tueur en série, mais n’arrive pas à trouver la preuve que ces meurtres sont liés aux quatre autres corps, incomplets, qui ont été découverts dans la même zone le mois dernier.

Parmi ces corps, celui d’un homme de type asiatique qui ne semble avoir aucun lien avec les autres, et celui d’un nourrisson entre 18 et 24 mois, probablement une petite fille. Retrouvée enveloppée dans une couverture, elle ne présente pas de signe de traumatisme et la police ne la considère pas encore comme la victime d’un meurtre.

Il a pu abandonner le démembrement «si cela ne le satisfaisait plus»

Selon les enquêteurs, les derniers restes, la tête et les mains de deux victimes féminines, ont pu être reliées à deux torses retrouvés en 2000 et 2003 à Manorville, à quelque 70 km de là. Le démembrement similaire et la proximité des endroits où les restes ont été découverts fait penser que ces deux décès sont liés et pourraient être l’œuvre d’un second tueur en série. La police a rouvert deux affaires datant de 1997 avec le même type de démembrement.

Cependant, des experts cités par le New York Dailynews ne sont pas d’accord. «Je ne serai pas aussi rapide à parler de tueurs multiples», affirme Vernon Geberth, un enquêteur retraité du NYPD. «La probabilité de voir deux tueurs en série utilisant le même endroit pour se débarrasser de corps est très très rare. A tel point que je n’y crois pas.» Selon N.G. Berrill, un psychologue médico-légal, «la coïncidence en soi serait remarquable».

Vernon Geberth considèrerait pour sa part plus probable qu’un seul et même tueur en série pourrait avoir «évolué»: pour sa part plus probable qu’un seul et même tueur en série pourrait avoir «évolué»: «Il est devenu plus efficace dans sa méthode pour se débarrasser des corps. Il s’épargne désormais la décapitation de ses victimes.» N.G. Berrill ajoute qu’il a pu abandonner le démembrement, «si cela ne le satisfaisait plus», et revenir à un mode opératoire plus classique.