Pékin rassure les pauvres pour éviter une explosion sociale

©2006 20 minutes

— 

Amis pauvres, on ne vous oublie pas. C'est le message que compte faire passer le Parlement chinois lors de sa session annuelle, qui s'ouvre dimanche à Pékin. Au menu : la lutte contre les inégalités, définie comme priorité dans le 11e plan (2006-2010) adopté en octobre. Pour les dirigeants du Parti communiste (PC), ce rendez-vous annuel est important : il doit leur permettre d'afficher leur fibre populiste auprès des exclus du miracle économique chinois et, ce faisant, d'éviter que la cocotte sociale et politique n'explose. Les quelque 3 000 délégués de l'Assemblée nationale populaire se pencheront donc sur le fossé qui s'est creusé, en trente ans de croissance économique supérieure à 9 % : fracture entre villes et campagnes, régions côtières favorisées de l'Est et intérieur pauvre, voire au sein même des zones urbaines. A l'issue des dix jours, le budget sera adopté et le taux de croissance économique annuel sera fixé.

Chaque jour, les annonces officielles se succèdent pour affirmer aux plus défavorisés que leur situation ne manquera pas de s'améliorer, en particulier dans les domaines de l'éducation et de la santé, où le retrait de l'Etat a fait flamber les coûts. Mais, dans le même temps, le président Hu Jintao a choisi la fermeté face à toute contestation, qu'elle vienne de paysans expropriés, de militants des droits civiques ou de journalistes. La province du Guangdong, peuplée de 78 millions d'habitants et au coeur de la croissance fulgurante de la Chine, en a fait les frais l'an dernier. Plusieurs manifestations liées à des expropriations, comme à Taishi ou à Dongzhou, ont été écrasées dans le sang. F. V.