118 civils tués par des pro-Gbagbo en fuite

— 

Le ministère de la Défense ivoirien a affirmé hier que des pro-Gbagbo ont tué 120 personnes en Côte d'Ivoire, la semaine dernière, en fuyant Abidjan. Après l'arrestation de l'ancien président, le 11 avril, les combats se sont poursuivis dans certains quartiers de la capitale économique entre les forces d'Alassane Ouattara et les combattants fidèles à Gbagbo. « Pourchassés par les Forces républicaines, ils ont pratiqué dans leur fuite la tactique de la terre brûlée, détruisant tout au passage », indique un communiqué du ministère. Le gouvernement accuse les miliciens et les mercenaires libériens de Laurent Gbagbo d'avoir tué des civils les 5 et 6 mai dans les villes côtières d'Irobo, Grand Lahou, Gonfroto et Niegreboué. Il dresse la liste de 120 victimes, toutes des civils sauf deux militaires. La division des droits de l'homme de l'ONU en Côte d'Ivoire a lancé sa propre enquête. « A ce stade, nous ne pouvons confirmer les allégations », a précisé Guillaume Ngefa, son directeur adjoint.