Attentat de Marrakech: Un huitième Français parmi les victimes

MAROC Le bilan de l'explosion de jeudi serait donc de seize morts au total...

De notre envoyée spéciale à Marrakech, F. V.

— 

Le café Argana, à Marrakech (Maroc), éventré par l'explosion d'une bombe, le 27 avril 2011.
Le café Argana, à Marrakech (Maroc), éventré par l'explosion d'une bombe, le 27 avril 2011. — A.SENNA / AFP

Dernière info: La vidéo de menaces d'Al-Qaida postée trois jours avant l'attentat de jeudi daterait en réalité de 2007, selon des experts.

Les familles des victimes françaises, sous le choc trois jours après l’attentat, ont participé ce dimanche à une messe à la paroisse des Saints Martyrs de Marrakech, la seule église catholique de la ville.

«On a prié pour ceux qui sont partis subitement, raconte le père Ivica, curé de la paroisse. Les proches m’ont dit la douleur de la disparition des leurs. Ils pleuraient, mais étaient très calmes et dignes. Il n’y avait aucune colère. Ils ne se demandaient pas: “Pourquoi ça m’arrive à moi?”, alors que c’est souvent le cas dans ce genre de situation.»

Huit Français figurent parmi les seize victimes de l’attentat, selon un responsable du ministère de l'Intérieur marocain. Sept autres sont toujours hospitalisés sur place, mais l’un d’eux, en état stable, devait être transféré dimanche en France. 

Rapatriements

Les corps des personnes décédées devraient quant à eux être rapatriés mardi, selon une source officielle. Les heures à venir seront tout aussi douloureuses: deux des familles sont aujourd’hui tiraillées entre rester avec leurs proches hospitalisés ou revenir en France pour accompagner le corps des défunts.