L'Otan et les insurgés refusent le cessez-le-feu de Mouammar Kadhafi

LIBYE Les propositions du dirigeant n'ont pas convaincu alors que ce dernier refuse toujours de quitter le pouvoir...

J. R. avec Reuters

— 

Mouammar Kadhafi, le 10 avril 2011, à Tripoli.
Mouammar Kadhafi, le 10 avril 2011, à Tripoli. — M. TURKIA / AFP

Les insurgés libyens et l’Otan ont rejeté samedi la proposition de cessez-le-feu et d'ouverture de négociations formulée par Mouammar Kadhafi.

«Le régime de Kadhafi a perdu toute crédibilité», a réagi dans un communiqué Abdel Hafiz Ghoga, porte-parole du Conseil national de transition (CNT) formé par les insurgés.  «Le temps du compromis est révolu. Le peuple libyen ne peut envisager ni accepter une Libye future dans laquelle le régime de Kadhafi jouerait le moindre rôle», a-t-il ajouté, en rappelant que le dirigeant libyen avait déjà proposé des cessez-le-feu par le passé tout en continuant de violer les droits de l'homme.

«Des actes, pas des mots»

L’Otan n’est pas plus convaincu. «Il nous faut des actes, pas des mots», a déclaré un responsable de l'Alliance atlantique. Cette dernière a également fait savoir que les frappes aériennes sur les forces gouvernementales allaient se poursuivre tant que des civils étaient menacés.

Elle exige un «accès humanitaire total, sûr et sans entrave aux populations nécessitant une assistance n’aura pas été établi». L'alliance militaire, qui a pris le relais des Etats-Unis, assure depuis le 31 mars le commandement des opérations menées en Libye pour faire appliquer la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies qui instaure une zone d’exclusion.

«Pas confiance» en Kadhafi

«Ce régime a déjà annoncé à plusieurs reprises des cessez-le-feu et a continué d'agresser des villes et des civils (...) Tout cessez-le-feu doit être crédible et vérifiable», a ajouté ce responsable de l'Otan.

Le porte-parole militaire des insurgés, le colonel Ahmed Bani a renchérit. «Il n'est pas honnête. Nous ne croyons pas en lui et nous n'avons pas confiance en lui», a-t-il ajouté.

Dans une allocution télévisée, Mouammar Kadhafi a proposé ce samedi un cessez-le-feu tout en excluant de quitter le pouvoir, comme l'exigent les insurgés et les pays occidentaux.