Attentat de Marrakech: Le pronostic vital reste engagé pour une Française

Faustine Vincent

— 

Sept Français étaient encore hospitalisés à l'hôpital Ibn Tofail à Marrakech, au Maroc, le 30 avril 2011, à la suite de l'attendat meurtrier perpétré deux jours plus tôt. 
Sept Français étaient encore hospitalisés à l'hôpital Ibn Tofail à Marrakech, au Maroc, le 30 avril 2011, à la suite de l'attendat meurtrier perpétré deux jours plus tôt.  — AFP PHOTO / ABDELHAK SENNA

De notre envoyée spéciale à Marrakech

L'attentat à la bombe de Marrakech a fait quinze morts, dont sept Français, selon un bilan encore provisoire. A l'hôpital Ibn Tofail, qui accueille les blessés les plus graves, neuf personnes sont hospitalisées, deux Marocains et sept Français, appartenant à trois familles. Pour l’un d’entre eux, «le pronostic vital reste engagé», selon Hicham Nejmi, le chef du service des urgences.

Il s’agit d’une femme âgée de 50 ans, qui a été réopérée ce samedi matin pour extraire un clou qui traversé le foie. La bombe utilisée lors de l’attentat était en effet composée de clous ainsi que de nitrate d'ammonium et d'explosifs TATP.

«Polytraumatismes graves»

Les blessés présentent des «polytraumatismes graves, explique Hicham Nejmi.

Une Française gravement atteinte au visage dans l’attentat a subi une chirurgie de reconstruction, avec «des résultats probants», souligne le médecin. Sa sœur est décédée dans l’explosion.

Deux Français rapatriés ce samedi

Un autre Français dont l’état était encore instable va mieux. «Bonne nouvelle, il est conscient, il parle et on a pu enlever sa respiration artificielle», indique Hicham Nejmi.

Les nouvelles sont également rassurantes pour deux Français, qui vont être rapatriés dans les heures qui viennent. Les blessés ont reçu beaucoup de visites, entre leurs proches et des Français résidant à Marrakech venus les soutenir. Un médecin du consulat de France s'est également déplacé à l'hôpital ce samedi matin.