Obama publie son extrait de naissance pour désamorcer les théories du complot

ETATS-UNIS Mais les «birthers», ce mouvement qui remet en cause sa légitimité à être président, ne seront jamais vraiment satisfaits...

Philippe Berry

— 

Barack Obama devant le drapeau américain, le 10 octobre 2010 à Philadelphie.
Barack Obama devant le drapeau américain, le 10 octobre 2010 à Philadelphie. — J.YOUNG/REUTERS

De notre correspondant à Los Angeles

Entre amusement et agacement. Mercredi, Barack Obama a tenté de mettre fin une fois pour toutes à la rumeur voulant qu'il ne soit pas né aux Etats-Unis –et donc pas apte à être président. Il s'est adressé à la presse pendant que la Maison Blanche publiait la version longue de son extrait de naissance.

«En temps normal, je n'aurais pas fait de commentaires», a commencé Obama. Mais rappelant que depuis «deux ou trois ans», l'histoire ne voulait pas disparaître, il a pris la décision «de ne pas laisser ces bêtises devenir une distraction.» Pour lui, les Américains «méritent mieux», alors que le pays «fait face à des challenges gigantesques», notamment sur le front de l'emploi ou du prix de l'essence.

Né à Honolulu

La version «courte» de l'extrait de naissance («live birth certificate», le document habituellement utilisé par les habitants d'Hawaï pour toute démarche administrative) avait déjà été publiée lors de la campagne et son authenticité vérifiée par plusieurs journaux et organisations indépendantes. Puis des officiels hawaïens avaient à nouveau confirmé le lieu de sa naissance. Mais récemment, notamment par la voix de Donald Trump, qui caresse l'idée de briguer l'investiture républicaine, la polémique avait refait surface.

Selon la version complète du certificat, Barack Hussein Obama II est né le 4 août 1961 à 19h21 à Honolulu.

Les opposants ne désarment pas

Officiellement, le parti républicain n'a jamais remis en doute le lieu de naissance d'Obama. Mi-avril, Eric Cantor, le leader de la majorité républicaine à la chambre, avait estimé que la candidature de Donald Trump sur fond de conspiration n'était «pas sérieuse». Le magnat de l'hôtellerie et de la télé-réalité a, lui, crié victoire, mercredi, se disant «honoré» d'avoir contribué à pousser le président à publier son extrait de naissance.

Est-ce pour autant la fin de la polémique? Que nenni. Sur les forums républicains, une minorité préfère croire que le certificat a été fabriqué de toute pièce sous Photoshop. Les «birthers», comme Jerome Corsi, qui s'apprête à publier un livre sur les origines d'Obama, ne désarment pas. Ils réclament désormais la publication de ses dossiers scolaires et de son adoption par son beau-père indonésien.

Obama l'a répété, pour certains, quoi qu'il fasse, «ce ne sera jamais assez.» Selon un sondage CBS/New York Times publié la semaine dernière, 25% des Américains croient qu'Obama est né à l'étranger. Ce chiffre monte à 45% chez les électeurs républicains. Reste à voir si les faits, à la lumière de l'extrait de naissance complet, seront plus forts que le racisme latent.