Medvedev menace les fonctionnaires russes: «Vous irez tous éteindre les feux!»

© 2011 AFP

— 

Le président russe, Dmitri Medvedev, a menacé ce mercredi les fonctionnaires de devoir éteindre eux-mêmes les feux si les mesures adéquates ne sont pas prises pour éviter une répétition du scénario des incendies ayant ravagé plus d'un million d’hectares l'été dernier en Russie.

«C'est la responsabilité directe du gouvernement. Alors considérez que c'est le dernier avertissement!», a-t-il déclaré, l'air vindicatif, selon les images retransmises par la télévision russe.

Mesures mises en place en mai

«Si vous n'en venez pas à bout, vous irez tous éteindre les feux de tourbières, aussi bien les membres du gouvernement de la région de Moscou que ceux des autres régions de Russie», a-t-il menacé.

Dmitri Medvedev réagissait à un rapport de plusieurs membres du gouvernement indiquant que les principales mesures pour éviter les incendies, notamment l'inondation des tourbières, seraient mises en place en mai, ce que le président russe a jugé déjà trop tardif.

La partie occidentale de la Russie a connu au cours de l'été 2010 une canicule sans précédent et des incendies de forêt qui ont dévasté plus d'un million d’hectares dans le pays, détruisant des villages entiers et faisant une soixantaine de morts.

234 foyers d’incendies actifs

Les incendies ont de plus provoqué une fumée toxique et nauséabonde qui a envahi plusieurs villes du pays, notamment la capitale Moscou.

Mercredi, selon le site internet du ministère des Situations d'urgence, 234 foyers d'incendie étaient actifs en Russie, sur une surface de 2.685 hectares, notamment en Sibérie, près du lac Baïkal et dans la république de Touva.

Contrairement à son mentor, le Premier ministre Vladimir Poutine, à qui il a succédé à la présidence en 2008, Dmitri Medvedev est moins un habitué des déclarations coup de poing.

Au cours de l'été 2010, Vladimir Poutine avait vivement critiqué l'action des autorités fédérales et régionales dans la lutte contre les incendies et ordonné aux dirigeants régionaux de se rendre eux-mêmes sur le terrain.