Libye: L'envoi de conseillers militaires fait débat

CONFLIT La France va aider les rebelles à s'organiser militairement...

Anthony Nataf
— 
Venir en aide aux rebelles.
Venir en aide aux rebelles. — AMR DALSH / REUTERS

La Russie a exprimé jeudi son désaccord avec l'annonce mercredi par la France de l'envoi de conseillers militaires auprès du Conseil national de transition en Libye. La Grande-Bretagne et l'Italie ont pris la même initiative. La dizaine envoyée par la France est déjà sur place, a indiqué jeudi le Quai d'Orsay. «Nous sommes très mécontents des derniers événements en Libye, qui entraînent la communauté internationale dans un conflit au sol, a déclaré Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe. Rappelons-nous comment des instructeurs ont d'abord été envoyés dans certains autres pays, et ensuite des soldats.»

«Ils prennent part au conflit»

Le ministère des Affaires étrangères français rappelle que ces hommes «ne sont pas des forces combattantes. Ils sont sous l'autorité de l'envoyé spécial de la France en Libye». Des arguments qui laissent songeurs plusieurs analystes. Pour Jocelyn Coulon, directeur du Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix, «l'intervention au sol a déjà commencé. Quelle est la différence entre un combattant sur le champ de bataille et un militaire dans une salle de commandement?»

«Les insurgés vont bénéficier de l'apport de ces militaires. estime Rémi Landry, ancien lieutenant-colonel de l'armée canadienne, docteur en sciences politiques. Ils vont adopter des techniques stratégiques modernes des armées professionnelles. Ils prennent part au conflit, en entraînant les gens qui vont appuyer sur la gâchette.»

Misrata assiégée

Des tirs de mortier des forces de Kadhafi ont fait au moins trois morts et 17 blessés dans les rangs des insurgés hier à Misrata, dernière ville de l'Ouest entre leurs mains, assiégée depuis deux mois, a indiquéun de leurs représentants.