Nigeria: Le candidat malheureux à la présidentielle dénonce des fraudes lors du scrutin

© 2011 AFP

— 

Muhammadu Buhari, principal candidat musulman à la présidentielle du Nigeria, a dénoncé ce mercredi des fraudes au scrutin ayant donné la victoire à Goodluck Jonathan, un chrétien du Sud, tout en condamnant les émeutes postélectorales dans le Nord majoritairement musulman.

Muhammadu Buhari qui a dirigé une junte militaire en 1984-85, a obtenu quelque 12 millions de voix (31%) contre 22 millions (57%) au président sortant.

Mardi, le président nigérian Goodluck Jonathan a appelé les dirigeants politiques et religieux à condamner les violences meurtrières dans le Nord du Nigeria qui ont suivi son élection du 16 avril.

La plupart des émeutiers sont des «jeunes au chômage»

Le nombre de blessés par balle, machette ou ayant reçu des coups est passé de 276 à 375, a précisé dans la soirée la Croix-Rouge qui n'était pas en mesure d'indiquer le nombre de morts et qui faisait état du retour mardi à «un calme relatif». Aucun bilan officiel des victimes n'était disponible.

«Nous saisissons cette occasion pour demander à nos dirigeants politiques et religieux de condamner ces actes afin que notre pays connaisse un développement à la place de la destruction», a-t-il déclaré à Abuja au siège de la commission électorale, qui l'a proclamé lundi vainqueur de la présidentielle.

Selon lui, la plupart des émeutiers sont des «jeunes au chômage» que le gouvernement va aider afin qu'ils ne «restent pas plus longtemps l'objet de manipulations».

Les premières violences avaient éclaté dimanche soir, provoquées par des accusations de fraudes lors du scrutin. Le principal parti d'opposition, le Congrès pour le changement démocratique dont Muhammadu Buhari était le candidat, avait dénoncé des irrégularités, ce qu'il n'a pas répété mardi.