L'avenir financier américain menacé

— 

Le président américain, Barack Obama, a déclaré hier que ne pas traiter le problème du déficit – qui s'élève à près de 1 500 milliards de dollars, soit environ 9,8 % du PIB – causerait de sérieux dégâts économiques. L'agence de notation Standard & Poor's avait tiré l'alarme lundi en annonçant qu'elle abaissait la perspective sur la note des Etats-Unis de « stable » à « négative ». « Dans la mesure où les Etats-Unis ont, par comparaison avec leurs pairs notés AAA, un très important déficit budgétaire et un endettement public croissant, et parce que les méthodes pour y faire face sont floues, nous avons révisé notre perspective sur la note à long terme de stable à négative », a expliqué Standard & Poor's. Les marchés boursiers en Europe et aux Etats-Unis ont réagi par un repli généralisé à cette annonce. Le secrétaire américain au Trésor s'est voulu rassurant hier en affirmant que les investisseurs faisaient toujours confiance à la dette souveraine américaine, et que sa note AAA n'était pas menacée.