Les puissances émergentes sont critiques

— 

Les dirigeants des cinq puissances émergentes du Brics, réunis en sommet à Sanya, en Chine, ont exprimé hier leurs inquiétudes face aux frappes aériennes en Libye et souhaité un règlement pacifique de la crise dans ce pays. « Nous sommes profondément préoccupés face à l'agitation au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Afrique de l'Ouest », déclarent les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud dans leur communiqué final. Ajoutant que le recours à la force devrait être par principe évité, ils demandent une solution négociée et saluent les efforts de médiation de l'Union africaine. Mais lors de leurs discussions, les dirigeants du Brics ont été plus catégoriques, selon une source diplomatique : « Ils ont tous condamné les bombardements. » De son côté, l'Otan, qui a effectué hier des raids sur Tripoli, a affirmé que des avions supplémentaires permettant de réaliser des attaques au sol étaient nécessaires pour mener à bien ses opérations militaires en Libye.