Côte d'Ivoire en direct ce lundi: Laurent Gbagbo capturé, lance un appel à l'arrêt des combats

M.P., C.F. et A.-L.-B. avec Reuters

— 

Un hélicoptère militaire français de l'opération Licorne survole Abidjan le 9 avril 2011.
Un hélicoptère militaire français de l'opération Licorne survole Abidjan le 9 avril 2011. — AFP


20h20:  L'ex-chef d'Etat ivoirien Laurent Gbagbo a souhaité lundi soir «qu'on rentre dans la partie civile de la crise», dans une déclaration diffusée après son arrestation sur la télévision TCI du nouveau président Alassane Ouattara.
20h10: Laurent Gbagbo lance à la télévision pro-Ouattara un appel à l'arrêt des combats
19h41: La résidence de Laurent Gbagbo actuellement pillée
La résidence où s'était enfermé le président sortant ivoirien Laurent Gbagbo est actuellement pillée
19h18: Scènes de liesse dans plusieurs quartiers d'Abidjan
Plusieurs quartiers d'Abidjan ont explosé de joie lundi à l'annonce de l'arrestation de Laurent Gbagbo après dix jours de siège dans sa résidence fortifiée de Cocody, rapporte Reuters.
Des Abidjanais ont pris le volant pour parcourir la cité lagunaire en actionnant leur klaxon et manifester leur jubilation. A Koumassi, dans le sud d'Abidjan, Mariam Cissé raconte que de nombreux habitants sont sortis de chez eux au cri de "«Gbagbo est parti, Gbagbo est parti !»
«C'est incroyable ce qui se passe ici. Les gens vont dans tous les sens en hurlant qu'ils sont enfin libres», témoigne Ali Touré à Abobo, le grand quartier Nord considéré comme un bastion du président élu Alassane Ouattara et qui porte les stigmates des violences de ces dernières semaines.

18h59: «A aucun moment les forces français ne sont entrés dans les jardins et la résidence de Laurent Gbagbo» a déclaré Thierry Burkhard, le porte-parole de l'armée lundi soir lors d'un point presse.
Il a indiqué que 200 à 250 militaires français avaient aidé deux bataillons de l'Onuci dans l'opération qui a conduit à l'arrestation de Laurent Gbagbo.
18h56: Selon RTL, Laurent Gbagbo devrait être mis en résidence surveillée dans le nord de la Côte d'Ivoire
18h49: «La mission est aujourd'hui remplie» du côté des Français estime Gérard Longuet
18h46: Une «opération entre Ivoiriens» affirme le ministre de la Défense Gérard Longuet
Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a affirmé aujourd'hui que l'arrestation du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo était le fruit «d'une opération in fine entre Ivoiriens».
18h45: Pas d'usage des forces spéciales hier et ce lundi affirme le chef d'état-major des armées.
Les forces spéciales n'ont joué aucun rôle dans l'arrestation de Laurent Gbagbo, affirme le chef d'état-major des armées 
Ces forces ont été utilisées pour l'évacuation en urgence de l'ambassadeur japonais.
18h43: La reddition a été enregistrée par les forces de la Côte d'Ivoire affirme Gérard Longuet
18h42: Les Français n'ont pas attaqué la résidence de Laurent Gbagbo, affime le colonel Bukhard
18h41: Le président Gbagbo s'est rendu aux Forces républicaines d'Alassane Ouattara, affime le porte-parole du chef d'état-major des armées
18h36 Le colonel Thierry Burkhard, porte-parole du chef d'etat-major des armées, évoque les opérations militaires françaises commencées le 10 avril.
18h32: Le ministre de la Défense Gérard Longuet débute sa conférence de presse sur la Côte d'Ivoire
Il retrace l'historique du pays depuis quatre mois.
18h30: «Une violation gravissime des règles les plus élémentaires du droit international» pour le Front national
Dans un communiqué, le parti présidé par Marine Le Pen dénonce «l''arrestation de Laurent Gbagbo par les militaires français qui l'ont remis immédiatement aux chefs de la rébellion, constitue une violation gravissime des règles les plus élémentaires du droit international, à l'heure où le Tribunal pénal international soupçonne les partisans de Ouattara de s'être livrés à des massacres et des atrocités». Le parti ajoute que «les décisions de Nicolas Sarkozy portent gravement préjudice aux intérêts de la France en Côte d'Ivoire, mettent en danger la vie de nos compatriotes dans ce pays et dans toute l'Afrique, ainsi que celle de nos soldats engagés dans cette guerre civile».
18h22: La France n’est pas chargée de la surveillance de Laurent Gbagbo, affirme une source au ministère de la Défense
18h10: Laurent Gbagbo «ne devrait pas bénéficier d'un exil doré» estime l'ONG Human Rights Watch (HRW)
Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo arrêté «ne devrait pas bénéficier d'un exil doré» à l'étranger qui l'exempterait de poursuites pour «crimes contre l'humanité», a estimé cette organisation internationale.
17h49: Tirs sporadiques contre l'hôtel du Golf de la part de quelques irréductibles partisans de Laurent Gbagbo, signale l'envoyé spécial de France 24. Les soldats onusiens protégeant l'hôtel ont immédiatement répliqué à l'arme lourde, rapporte ce journaliste.
17h48: Pour les Etats-Unis, «l'arrestation de Gbagbo montre que la voix du peuple doit être entendue», a déclaré Hillary Clinton, secrétaire d'Etat américaine, lors d'une conférence de presse.
17h45: L'hôtel du Golf, bastion de Alassane Ouattara, et où serait actuellement Laurent Gbagbo, est  protégée par des soldats de la mission onusienne Onuci.
17h37: Des pillages toujours en cours à Abidjan, rapportent des internautes sur le réseau Twitter.
17h17: La force française Licorne et la mission onusienne Onuci ont été «en soutien de l'opération» d'arrestation de Laurent Gbabgo, selon une source au ministère de la Défense
17h12: Priorité à la réconciliation nationale selon le Parlement européen
Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo arrêté, la priorité doit maintenant être donnée à la réconciliation nationale y compris parmi les forces armées, a affirmé le président du Parlement européen, Jerzy Buzek.
17h09: Un point de presse sur la Côte d'Ivoire va être organisé à 18h30 au ministère de la Défense, où le ministre Gérard Longuet s'exprimera.
17h04: Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo «doit être traité avec respect» pour le britannique William Hague
Au cours d'une conférence de presse commune avec son homologue italien Franco Frattini, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a déclaré que Laurent Gbagbo «doit être traité avec respect et tout processus judiciaire qui s'ensuivra doit être équitable et organisé selon les règles».
17h00: L'arrestation de Gbagbo va apporter «la paix» à la Côte d'Ivoire, selon Claude Guéant
L'arrestation du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo va permettre au pays de «connaître la paix et un regain d'essort économique», a estimé le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, en marge d'une réunion à Luxembourg.

16h52: Jean-Marc Ayrault appelle Ouattara à être «le garant de la paix civile»
Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, a appelé le président ivoirien Alassane Ouattara à être «le garant de la paix civile» après l'arrestation de Laurent Ggagbo.
16h47: La télévision ivoirienne diffuse des images de Laurent Gagbo après son arrestation.




16h45: Guillaume Soro appelle les forces loyales à Laurent Gagbo au ralliement
Guillaume Soro, le Premier ministre du président élu de Côte d'Ivoire Alassane Ouattara, a invité les derniers partisans du président sortant Laurent Gbagbo à déposer les armes. «Je m'adresse solennellement aux officiers, sous-officiers, militaires du rang de toutes les forces, je vous lance un dernier appel au ralliement. Il ne peut y avoir de chasse à l'homme, rejoignez donc les forces républicaines», a déclaré Guillaume Soro dans une allocution retransmise par la télévision française. Guillaume Soro a en outre demandé à la population «de garder le calme». «Peuple de Côte d'Ivoire, séchez vos larmes, le cauchemar est terminé. Vive la République de Côte d'Ivoire», a-t-il ajouté.
16h30 : La télévision pro-Ouattara diffuse des images de l'arrestation de Laurent Gbagbo


16h28: Laurent Gbagbo «s'est rendu», précise l'état-major français
«Peu après 15h» (13h locales), «Laurent Gbagbo s'est rendu aux forces républicaines d'Allassane Ouattara», explique à l'AFP le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Thierry Burkhard.
16h26: Londres souhaite que Gbagbo soit traité avec respect
William Hague, secrétaire au Foreign Office, souhaite que Laurent Gbagbo soit traité «avec respect» et jugé «de manière équitable». «Laurent Gbagbo s'est comporté ces derniers mois de manière contraire à tous les principes démocratiques et a bafoué, de manière flagrante, l'état de droit. Dans le même temps, nous disons qu'il faut le traiter avec respect. Toutes les procédures judiciaires qui vont suivre devront être justes et équitables», a déclaré le chef de la diplomatique britannique lors d'une conférence de presse à Londres.
16h16: Laurent Gbagbo est en bonne santé et sera jugé selon l'ambassadeur de Côte d'Ivoire auprès de l'ONU
16h00: Nicolas Sarkozy vient d'avoir un long échange téléphonique avec Alassane Ouattara, annonce l'Elysée.
15h59: Gbagbo a bien été arrêté par les pro-Ouattara, appuyés par l'Onuci et la force Licorne
Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a bien été arrêté par les forces d'Alassane Ouattara soutenues par l'Onuci et la force française Licorne, a annoncé lundi une source au ministère français de la Défense.  «Ce ne sont pas les forces françaises qui ont arrêté Laurent Gbagbo», qui refusait de laisser le pouvoir à Alassane Ouattara depuis fin novembre, a dit cette source à Reuters. «Ce sont les forces de Ouattara soutenues par l'Onuci et par Licorne».

15h46: La France responsable de l'arrestation de Gbagbo pour des pro-Gbagbo
Même si ce ne sont pas les soldats français qui n’ont pas formellement arrêté Laurent Gbagbo, comme l’indiquent plusieurs sources, la France est bien responsable de son arrestation, pour ses proches. Les tirs d’hélicoptères des forces françaises et les dégâts causés par les chars français ont permis son arrestation, a assuré Guy Labertit, un proche de Gbagbo sur i-Télé. «Si la France n’avait pas agit, Gbagbi n’aurait pas été arrêté».
15h40: Gbagbo arrêté per les pro-Ouattara, selon plusieurs sources
D'après des sources diplomatiques citées par France 24, ce sont les soldats pro-Ouattara qui ont arrêté Laurent Gbagbo et non les forces spéciales. Ali Coulibaly, l'ambassadeur ivoirien à Paris, l'a confirmé sur i-Télé. «Laurent Gbagbo a été arrêté par les forces républicaines», a insisté le conseiller. «Laurent Gbagbo va bien, il va pouvoir répondre de ses actes», a-t-il ajouté, précisant que la femme de Gbagbo, Simone, avait été arrêtée avec lui et emmenée à l’hôtel du Golf. Une source diplomatique française confirme également que ce sont les forces républicaines qui ont arrêté Gbagbo.
15h36: Des soldats pro-Ouattara se trouvent dans la résidence de Laurent Gbagbo.
15h31: Laurent Gbagbo a été emmené à l'hôtel du Golf, siège du président reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, annonce l'un de ses porte-parole.
15h30: Un porte-parole d'Alassane Ouattara a confirmé l'arrestation de Laurent Gbagbo par les forces spéciales françaises.
15h28: L'ambassadeur de France confirme l'arrestation de Laurent Gbagbo dans la résidence des présidents de Côte d'Ivoire, où il s'était retranché.
15h15:  Contacté par Reuters, le ministère français des Affaires étrangères a déclaré ne disposer d'aucune information allant dans le sens des affirmations de Toussaint Alain, sur l'arrestation de Laurent Gbagbo par les forces spéciales françaises.
                                  

15h09: «Le président Gbagbo a été arrêté par les forces spéciales françaises et remis à des chefs de la rébellion», a précisé depuis Paris Toussaint Alain, le conseiller de Gbagbo, alors que des chars français venaient de pénétrer dans la résidence du président ivoirien sortant.  «Ces chefs de la rébellion ont été convoyés sur place par les forces françaises qui ont pénétré dans la résidence avec des chars», a-t-il ajouté. «Le président était dans son bureau.»
15h02: Laurent Gbagbo a été arrêté par les forces spéciales françaises et a été remis aux forces de la rebellion, assure un conseiller de Gbagbo cité par Reuters.
13h20: Des hélicoptères français ont tiré ce lundi sur la résidence de Laurent Gbagbo à Abidjan, selon un témoin.
13h10: L'opération en cours des forces françaises a pour but d'éviter «un bain de sang», selon un porte-parole de l'état-major français.

13h10: Des véhicules blindés des forces françaises, épaulées par un hélicoptère, s’approchent de la résidence du président sortant Laurent Gbagbo à Abidjan, rapportent les témoins.                          
12h45: La résidence de Laurent Gbagbo à Abidjan, cible des bombardements de l'ONU et des forces françaises, serait «partiellement détruite», selon un proche de Laurent Gbagbo.
12h17: Fin des combats au sol à Abidjan entre les forces pro-Ouattara et les forces pro-Gbagbo. Les affrontements ont eu lieu, non pas à proximité de la résidence de Gbagbo comme indiqué dans un premier temps, mais entre la télévision d'Etat et l'école de gendarmerie, dans le quartier de Cocody.
12h15:«La France n'a pas pour mission de chasser Laurent Gbagbo militairement (…) Cette intervention militaire française a été requise par l’ONU pour protéger des populations civiles», a assuré Henri Guaino sur France 2. La participation des forces françaises visent à éviter «un bain de sang» à Abidjan et non «à chasser militairement» Laurent Gbagbo.
12h00: Un correspondant de Reuters dit avoir vu lundi matin une trentaine de véhicules militaires français transportant chacun quatre à huit soldats quitter une base en direction du centre-ville d'Abidjan. Un officier français leur a demandés d'être «prêts au combat» et les soldats rechargaient leurs armes en quittant la base. Aucune information n'a été donnée sur la mission de ces troupes.
10h00: Fillon a écrit aux présidents de l'Assemblée et du Sénat
François Fillon a écrit aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Bernard Accoyer et Gérard Larcher, pour les informer de la participation dimanche des forces françaises aux opérations contre «les armes lourdes» du camp Gbagbo en Côte d'Ivoire, a annoncé Matignon lundi.
François Fillon précise que l'intervention a été menée «conformément à la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU, pour mettre hors d'état de nuire les armes lourdes utilisées contre les populations civiles et les casques bleus».
9h45: «Le moment est venu d’arrêter Gbagbo», a lancé Me Jean-Pierre Mignard, l’avocat d’Alassane Ouattara sur Europe 1. Il «est en train de créer une situation de guerre civile pour rendre la situation impossible», assure-t-il.
9h00: Après les frappes de ce lundi matin, des combats au sol se déroulent à proximité de la résidence de Laurent Gbagbo, rapportent des témoins.

L'ONU a demandé à la France de poursuivre ses opérations militaires pour détruire les armes lourdes à Abidjan et Nicolas Sarkozy a accepté, a annoncé lundi la présidence de la République. Le porte-parole de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire à Abidjan a déclaré dimanche soir que l'Onuci poursuivait ses opérations pour détruire les armes lourdes utilisées par le camp de Laurent Gbagbo.

Un porte-parole du président ivoirien sortant, qui refuse de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, a affirmé que des hélicoptères français participaient à ces bombardements.

L'hôtel du Golf attaqué?

«Le secrétaire général des Nations unies a demandé au président de la République la poursuite de la participation des forces françaises aux opérations menées par l'Onuci pour neutraliser les armes lourdes utilisées contre la population civile», écrit l'Elysée dans un communiqué.  «Le président de la République a donné son accord au secrétaire général. Il a encouragé l'Onu à tout mettre en oeuvre pour permettre la restauration rapide de la sécurité de la population et des services de base dans l'agglomération d'Abidjan», poursuit la présidence, qui juge la situation humanitaire «alarmante».

L'Elysée affirme que l'hôtel du Golf, où se trouve Alassane Ouattara, a été attaqué dimanche par les forces de Laurent Gbagbo. La France, comme l'ONU, reconnaît Alassane Ouattara comme le président élu de la Côte d'Ivoire. Laurent Gbagbo serait retranché avec des partisans dans sa résidence à Abidjan.