Libye: La Turquie tente une médiation, Misrata bombardée par les pro-Kadhafi

REVOLTE Pas d'avancée notable des insurgés sur le terrain...

Avec Reuters

— 

F.O'REILLY / REUTERS

Les rebelles libyens poursuivent, toujours très lentement, leur offensive vers l’ouest. Ils ont repoussé lundi les forces fidèles à Mouammar Kadhafi à l'extérieur du centre de Brega, une ville située à 800km de Tripoli. Le port pétrolier, qui s'étend sur 25 kilomètres, a changé plusieurs fois de camp au cours du mois écoulé, dans la bataille qui oppose insurgés et les kadhafistes sur la route stratégique du golfe de Syrte.

Visiblement mieux organisés que les semaines passées, les rebelles, épaulés par les raids aériens de la coalition internationale, avancent plus prudemment et tiennent davantage leurs positions. En début de semaine dernière, les rebelles, constitués principalement de jeunes combattants pas forcément très bien équipés, avaient progressé au-delà de Bin Djaouad, à 525 km à l'est de Tripoli. Mais ils ont été repoussés en quelques jours sur 200km de route côtière par les forces loyalistes, jusqu'à ce que le front se fige au cours du week-end autour de Brega.

L’Italie reconnaît le CNT

A 250 km de Tripoli, toujours sur la côte, les combats font rage à Misrata, contrôlée par les insurgés. Les forces loyales à Mouammar Kadhafi pilonnent depuis le début de la matinée la ville. «Le pilonnage a débuté aux petites heures de la matinée et se poursuit à l'aide d'obus de mortier et de pièces d'artillerie», a expliqué à l'agence Reuters un porte-parole rebelle prénommé Gemal joint au téléphone. «C'est du terrorisme à l'état pur. Les bombardements visent les quartiers résidentiels. Nous savons qu'il y a des victimes, sans savoir leur nombre

Sur le plan diplomatique, l’Italie a reconnu ce lundi le Conseil national de transition (CNT) formé par les insurgés libyens comme le «seul interlocuteur légitime» de la communauté internationale. Franco Frattini, ministre italien des Affaires étrangères, a déclaré que Mouammar Kadhafi et sa famille devaient s'en aller. Il a par ailleurs promis que Rome armerait les insurgés si ces derniers en avaient besoin pour se défendre, et notamment pour protéger les populations civiles.

La Turquie, seul pays musulman membre de l'Otan, tente de parvenir à un cessez-le-feu dans le pays. Un émissaire de Mouammar Kadhafi est attendu ce lundi à Ankara et il devrait être suivi par un représentant des insurgés, a déclaré un responsable du ministère turc des Affaires étrangères.