Syrie: Un nouveau gouverneur à Deraa, au coeur de la rébellion

© 2011 AFP

— 

Les autorités syriennes ont nommé un nouveau gouverneur à Deraa, a rapporté lundi l'agence officielle Sana. Située au sud du pays, la ville est l'épicentre de la contestation qui secoue la Syrie depuis le 15 mars.

Mohammad Khaled al-Hanousse a prêté serment devant le président Bachar al-Assad, selon l'agence. L'ancien gouverneur Fayçal Kalthoum, honni par la population de Deraa, avait été limogé par un décret présidentiel le 23 mars, et sa résidence avait été brûlée, au plus fort des manifestations anti-régime qui s'étaient soldées par des dizaines de morts.

«Sans pitié»

«Ce n'est pas un changement de gouverneur que désirent les habitants de Deraa mais que les services de sécurité cessent d'opprimer, que la loi d'urgence soit abolie, que les droits de propriété soient respectés, que les détenus soient libérés et que la liberté d'expression soit assurée», a affirmé à l'AFP un militant des droits de l'Homme.

Dans cette région agricole limitrophe de la Jordanie, les habitants reprochaient à l'ancien gouverneur de différer l'acquisition des titres de propriété et d'empêcher les agriculteurs de forer des puits pour l'irrigation. Un député de la région avait prononcé la semaine dernière au Parlement un réquisitoire contre les forces de sécurité, les accusant d'avoir ouvert le feu «sans pitié» et reprochant au chef de l'Etat de n'être pas venu présenter ses condoléances. Dans une vidéo diffusée sur Youtube, le député Youssef Abou Roumiyé accuse nommément le directeur des services de sécurité du gouvernorat de Deraa d'être responsable de ce qui s'est passé.

Tags contre le régime

Par ailleurs, le quotidien privé al-Watan, proche du pouvoir, affirme lundi que la commission d'enquête chargée «des évènements» de Deraa et de Lattaquié (nord ouest) avait auditionné «beaucoup de témoins et finira bientôt ses travaux». Le président Assad avait demandé au président du Conseil supérieur de la magistrature de former une commission pour enquêter «immédiatement sur toutes les questions relatives à la mort de civils et de militaires dans les gouvernorats de Deraa et de Lattaquié».

Les affrontements avaient commencé après l'arrestation de 15 élèves soupçonnés d'avoir écrit sur les murs de la ville des slogans contre le régime. Une manifestation pour obtenir leur libération s'était terminée dans le sang, selon les militants des droits de l'Homme. Par ailleurs, il y a eu à deux reprises des morts à Lattaquié, principal port de la Syrie.