Afghanistan: 20 employés de l'ONU tués

Avec Reuters

— 

festation le 1er avril 2011 à Kaboul d'Afghans contre l'autodafé d'un exemplaire du Coran par un pasteur en Floride.
festation le 1er avril 2011 à Kaboul d'Afghans contre l'autodafé d'un exemplaire du Coran par un pasteur en Floride. — S. MARAI / AFP

Le bilan risque d'évoluer mais cette agression est déjà la plus meurtrière jamais menée contre l'ONU en Afghanistan. Une attaque menée contre une antenne locale des Nations unies à Mazar-e-Charif, dans le nord de l'Afghanistan, aurait fait 20 morts, selon un bilan fourni par un responsable onusien, vendredi. Le chef de la mission locale a été blessé. Parmi les tués figurent des employés de nationalités norvégienne, roumaine et suédoise ainsi que des soldats népalais engagés pour assurer la sécurité du complexe.

Manifestation contre le prédicateur américain Terry Jones

Cinq manifestants ont également été tués et une vingtaine d'autres blessés dans les violences. Après la prière du vendredi, un millier de personnes étaient descendues dans les rues de cette ville habituellement tranquille pour protester contre le prédicateur américain Terry Jones. Ce dernier, qui avait déjà fait parler de lui dans les mêmes circonstances l'an dernier, a brûlé devant une cinquantaine de personnes le Coran, dimanche dernier dans une petite église de Floride, selon son site Internet. Cet acte a été dénoncé par le président afghan, Hamid Karzaï, et par son homologue pakistanais, Asif Ali Zardari.

La manifestation de Mazar-e-Charif a dégénéré et la police a tiré en l'air pour tenter de disperser la foule. Les affrontements ont duré plus de deux heures. Selon le gouverneur de la province de Balkh, Ata Mohammad Noor, ce sont des rebelles islamistes qui ont profité de cette manifestation pour attaquer le bureau local de l'ONU.

Après avoir lancé des pierres, les assaillants ont escaladé les barrières et pénétré dans le bâtiment où ils s'en sont pris au personnel, a précisé la police. Les locaux ont été partiellement incendiés. Un porte-parole de l'ONU s'est borné à confirmer qu'il y avait des morts parmi les employés du bureau de Mazar-e-Sharif.

«Refuser la violence»

Le représentant des Nations unies en Afghanistan, Staffan De Mistura, a décidé de se rendre sur place. Le président américain Barack Obama a fermement condamné cette agression et a adressé ses condoléances aux familles de victimes. «Le travail (de l'ONU) est essentiel pour bâtir un Afghanistan plus fort pour le bénéfice de tous citoyens. Nous insistons sur l'importance de respecter le calme et appelons toutes les parties à refuser la violence», a affirmé Obama.

A Moscou, le ministère russe des Affaires étrangères a appelé le gouvernement afghan et les forces internationales à «prendre toutes les mesures nécessaires» pour assurer la protection du personnel de l'ONU. Des manifestations ont également eu lieu vendredi à Herat, dans l'ouest de l'Afghanistan, et à Kaboul, où il n'y a pas eu de violences. Fin octobre 2009, cinq employés de l'ONU avaient été tués et neuf autres blessés dans l'attaque de leur résidence à Kaboul par les insurgés.