Syrie: Les forces de sécurité ont tué au moins sept manifestants à Damas et Sanamein

SOULÈVEMENT lors que des manifestations ont à nouveau eu lieu ce vendredi après-midi dans plusieurs villes de Syrie...

B.D. avec agences

— 

Des Syriens crient liberté lors d'une manifestation dans la région de Dael, près de la ville de Deraa, dans le sud de la Syrie, le 25 mars 2011
Des Syriens crient liberté lors d'une manifestation dans la région de Dael, près de la ville de Deraa, dans le sud de la Syrie, le 25 mars 2011 — REUTERS/K Al Hariri

DERNIERE INFO : 19h05 - Les forces de sécurité syriennes ont tué au moins sept manifestants.

Ils étaient prêts pour un «vendredi des martyrs». Au moins sept personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées par des tirs des forces de l'ordre lors de manifestations, ce vendredi en Syrie. Des milliers de personnes s'étaient rassemblés dans différentes villes du pays après la grande prière pour manifester contre le parti Baas, au pouvoir, et ce malgré le discours du président mercredi, et l’annonce des premières mesures jeudi. Et ce n’est plus seulement la ville de Deraa dans le sud qui était concernée, mais aussi la région à majorité kurde située dans le nord du pays, la capitale, Damas, et les deux grosses villes portuaires de Banias et Lattaquié, dans le nord-ouest.

>> Le décryptage du discours de Bachar Al-Assad par un spécialiste de la Syrie est par ici

Ainsi, six manifestants ont péri à Douma, dans la périphérie de Damas, quand la police a tiré à balles réelles sur des manifestants pour les disperser, a rapporté un témoin qui a identifié les victimes mais en prévenant que le bilan pourrait dépasser les dix morts. «Des dizaines de personnes ont été blessées et des dizaines d'autres arrêtées», a-t-il déclaré. Selon lui, quelque 3.000 personnes sont sorties de plusieurs mosquées à Douma pour manifester après la prière, scandant «Liberté, Liberté. Un, un, un, le peuple syrien est un».

Sana dément les affrontements avec les forces de sécurité

D'autres rassemblements ont été organisés à Deraa, d'où est partie la contestation à la mi-mars, et à Lattaquié. Mais selon l'agence officielle de presse syrienne Sana, il n'y pas eu d'affrontements: «Un certain nombre de fidèles a quitté quelques mosquées dans les villes de Deera et Lattaquié en scandant des slogans en l'honneur des martyrs et appelant à une accélération de la réforme (...) Il n'y a pas eu d'affrontements entre fidèles et forces de sécurité lors de ces rassemblements», écrit Sana.

Pourtant, dans ces villes, les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants, selon la chaîne Al-Arabiya. De plus, dans la localité de Sanamein, proche de Deraa, épicentre de la contestation contre le régime, un jeune manifestant de 20 ans, Yasser al-Chammari, a été tué par des tirs des forces de sécurité à l'entrée de la ville, a annoncé un militant des droits de l'Homme. Il faisait partie d'un groupe de manifestants venant des villages proches d'Inkhel et de Jassem, sur lesquels la police a tiré pour les disperser.

 

Pétition de cheikhs religieux à Banias

A Deraa, des milliers de fidèles ont manifesté contre le régime devant le palais de justice en sortant d'une des mosquées de la ville, aux cris de «La mort plutôt que l'humiliation» et «Unité nationale». Dans cette ville, la violence a déjà fait au moins 30 morts selon les autorités, 55 selon Amnesty International, plus de 70 selon Human Rights Watch et 130 selon les militants sur place.

A Banias, à 280 km au nord-ouest de Damas, un millier de personnes ont manifesté sans incident. Dans une pétition, 18 cheikhs religieux de la ville ont appuyé «les demandes du peuple pour les réformes, la liberté, la levée de l'état d'urgence et pour le droit de manifester». Un peu plus au nord, à Sleibé, un quartier sud de Lattaquié, 200 personnes ont manifesté pour la liberté. Dans ce quartier, la police était intervenue mercredi, faisant 4 ou 5 morts selon un militant politique de la ville, et 25 selon le Comité syrien de droits de l'Homme (CSDH).

>> Regardez une vidéo de manifestations à Banias ce vendredi:

Matraquage

Dans Damas même, les forces de sécurité et des partisans du président syrien ont attaqué à coups de matraque des manifestants qui quittaient la mosquée Rifaï, dans le quartier de Kfar Sousseh, a rapporté un témoin. Quelque 200 fidèles scandaient des slogans de soutien à la ville de Deraa. Six manifestants au moins ont été arrêtés et des dizaines de personnes ont été battues à leur sortie de la mosquée, a dit ce témoin à Reuters. 

Les forces de l'ordre et les partisans du président Bachar Al-Assad étaient en effet présents en nombre aux abords des mosquées, ont indiqué les militants syriens. «Le régime emploie une nouvelle tactique. Ce ne sont plus seulement les forces de sécurité qui font face aux manifestants, mais ils sont tout aussi brutaux», a déclaré l'un d'entre eux. Des photos des manifestations en Syrie sont disponibles sur le site de NOW Lebanon.

Des appels à manifester ce vendredi après-midi avaient auparavant été lancés via Facebook. L'importance de ces rassemblements sera un test sur la capacité des contestataires à mobiliser alors que la répression est jusqu'à présent féroce.