Un conseiller du régime porteur d'un "message fort" de Londres à Kadhafi

© 2011 AFP

— 

Un proche conseiller du clan Kadhafi à Tripoli, en visite à sa famille à Londres, est reparti porteur d'un "message fort" du gouvernement britannique au régime du colonel Kadhafi, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale, sous couvert de l'anonymat.

"Mohammed Ismail est venu en Grande-Bretagne pour voir sa famille et nous avons saisi l'occasion pour envoyer un message fort au régime du colonel Kadhafi", a indiqué cette source à l'AFP.

Interrogé vendredi matin, le Foreign Office n'avait pas confirmé l'information, tout en précisant "dans tous les contacts que nous avons, nous disons clairement que Kadhafi doit partir".

Selon le quotidien britannique The Guardian vendredi matin, Mohammed Ismail aurait passé plusieurs jours à Londres cette semaine et aurait rencontré des responsables britanniques avant de regagner Tripoli.

Selon le quotidien et la BBC, Mohammed Ismail aurait été envoyé à Londres pour tenter de trouver une porte de sortie au dirigeant libyen.

The Times évoquait pour sa part vendredi une simple "visite familiale", à l'occasion de laquelle le gouvernement britannique l'aurait chargé d'un message au colonel Kadhafi.

Citant une source anonyme au sein du gouvernement britannique, le Guardian avait précisé que la rencontre secrète n'était que l'une de celles organisées ces deux dernières semaines entre les deux pays.

Mohammed Ismail est décrit comme un personnage-clé de l'entourage de Saïf al-Islam et a représenté Tripoli dans des négociations d'achat d'armements, selon des télégrammes diplomatiques révélés par WikiLeaks.

L'information intervient au lendemain de la défection de l'ancien chef des services de renseignement et ministre libyen des Affaires étrangères Moussa Koussa, arrivé mercredi soir sur le petit aéroport anglais de Farnborough, après une mystérieuse "visite privée de 48 heures" en Tunisie.

Selon le porte-parole du Foreign Office, Moussa Koussa est interrogé par plusieurs responsables britanniques, y compris des diplomates auparavant en poste à l'ambassade libyenne à Tripoli.

Le Foreign Office est en outre en train d'enquêter sur la possible défection du numéro 2 de l'ambassade de Libye à Londres, a indiqué le porte-parole.

Les autorités britanniques sont en contact avec 10 hauts responsables libyens qui pourraient faire défection comme Moussa Koussa, croit savoir le quotidien The Independent.