La journée de vendredi en Côte d'Ivoire: Nicolas Sarkozy s'est entretenu avec Alassane Ouattara

20minutes.fr

— 

Ce live est maintenant terminé, retrouvé la synthèse de la journée de vendredi en Côte d'Ivoire par ici et retrouvez de nouvelles informations dès samedi matin sur 20minutes.fr
20h43: Nicolas Sarkozy s'est entretenu avec Alassane Ouattara
Le président de la République a décroché ce vendredi son téléphone pour s'entretenir avec Alassane Ouattara, a indiqué l'Elysée.
20h27: La force française Licorne portée à environ 1.100 soldats
L'effectif de la force française Licorne présente à Abidjan a été renforcé récemment d'environ 150 hommes, ce qui porte son effectif global «à environ 1.050-1.100 soldats», indique le ministère de la défense sur son site Internet.
20h21: Washington appelle au retrait immédiat de Gbagbo
Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo doit «se retirer immédiatement», a déclaré vendredi le porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner, exprimant les inquiétudes des Etats-Unis concernant les violences dans ce pays.
19h12: Air France suspend ses vols vers Abidjan
La compagnie aérienne française Air France est «contrainte de suspendre momentanément les vols pour Abidjan» en raison des troubles en Côté d'Ivoire, a annoncé une porte-parole. Air France avait déjà annulé jeudi un vol Paris-Abidjan. La compagnie aérienne précise sur son site internet que «les vols AF708 du 2 avril et AF709 du 3 avril entre Paris Charles de Gaulle et Abidjan sont annulés». Elle invite les voyageurs à se renseigner pour les jours suivants.
Les personnes qui devaient voyager entre le 31 mars et le 30 avril peuvent reporter leur vol jusqu'au 31 mai, ou choisir une autre destination si elles ne souhaitent plus effectuer de voyage entre ces deux pays. Si le vol a été annulé, les personnes peuvent se faire rembourser leur billet ou le reporter.
19h05: La France appelle Gbagbo à «se retirer immédiatement»
«La France appelle M. Laurent Gbagbo (...) à se retirer immédiatement, à faire cesser les violences et à céder le pouvoir pacifiquement au Président Ouattara», déclare l'Elysée dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion sur la situation en Côte d'Ivoire. Paris appelle également toutes les forces en présence à respecter la sécurité de la population civile, ivoirienne et étrangère. «Les responsables d'exactions n'échapperont pas à leur responsabilité pénale», dit le texte.
19h03: La Côte d'Ivoire bascule «sous influence musulmane»
Ce serait la conséquence de l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara, selon Jean-Marie Le Pen.
19h: Dominique de Villepin réagit à la situation en Côte d’Ivoire
«Je souhaite que l’usage des armes, l’usage de la force par Alassane Ouattara se fasse avec beaucoup de mesure pour permettre ce départ dès lors que Laurent Gbagbo l’accepterait», a indiqué l'anicen Premier ministre sur RTL. «Alassane Ouattara doit veiller à ce que le processus qui le conduise au pouvoir soit un processus le plus pacifique possible. Donc que cet usage de la force reste le plus limité, le plus réservé.»
18h13: L'Onuci «prête à faciliter» le départ de Gbagbo
La Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci) est «prête à faciliter» le départ du président sortant ivoirien Laurent Gbagbo «si tel était son souhait», a déclaré vendredi à l'AFP le porte-parole de la mission onusienne, Hamadoun Touré.
18h05: Gbagbo «ira jusqu'au bout»
Toussaint Alain, conseiller du président ivoirien sortant, l'a affirmé ce vendredi à Reuters Télévision à Paris. Il a ajouté que Laurent Gbagbo «s'exprimera prochainement, samedi ou dimanche, dans une adresse radio-télévisée». Le président sortan ivoirien a passé la nuit dans sa résidence à Abidjan, et se trouvait ce vendredi en milieu d'après-midi «dans un endroit sécurisé en Côte d'Ivoire». «Il n'est pas en fuite, il est dans un endroit sécurisé d'où il conduit les opérations. Il n'a pas l'intention de démissionner, il ne cèdera pas le pouvoir. Pour ses idées, il ira jusqu'au bout», a-t-il ajouté.
18h02: La réunion sur la Côte d'Ivoire a débuté à l'Elysée
Cette réunion «pour faire le point sur la situation en Côte d'Ivoire» réunit autour de Nicolas Sarkozy le Premier ministre, François Fillon, et les minsitres des Affaires étrangères et de la Défense, Alain Juppé et Gérard Longuet.
17h53: Un Français tué à Yamoussoukro
Un ressortissant français a été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel de Yamoussoukro. Il s'agirait d'un professeur, tué par balle dans la capitale politique ivoirienne. «Nous confirmons le décès par balle d'un compatriote français. Nous cherchons à établir les circonstances» de son décès, a-t-on déclaré au ministère des Affaires étrangères à Paris. Les autorités françaises cherchent à savoir si cette mort est liée aux affrontements entre les partisans d'Alassane Ouattara et les forces fidèles à Laurent Gbagbo, ou s'il s'agit d'un crime crapuleux.
17h09: Ouattara rouvre les frontières aériennes de la Côte d'Ivoire
Le gouvernement d'Alassane Ouattara a annoncé ce vendredi la réouverture des frontières aériennes de la Côte d'Ivoire. Le bouclage des frontières terrestres et maritimes est maintenu. L'annonce émane du ministère de l'Intérieur du gouvernement mis en place par Ouattara. Son administration avait ordonné jeudi la fermeture jusqu'à nouvel ordre des frontières terrestres, aériennes et maritimes du pays alors que les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) engagaient le combat contre les soldats fidèles à Laurent Gbagbo dans Abidjan.
16h09: L'Afrique du Sud applique les sanctions de l'ONU contre Gbagbo
L'Afrique du Sud va appliquer la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies appelant à un gel des avoirs liés à Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé vendredi le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan. «J'ai donné pour instruction au Centre du renseignement financier d'avertir les institutions financières qu'elles ne doivent s'engager dans aucune transaction ou relation d'affaire suspectible de faciliter la mise à disposition d'argents aux personnes ou entités (citées par la résolution)», a-t-il dit. «En outre, la Banque centrale sud-africaine a fait savoir qu'elle recourrait aux mesures à sa disposition pour empêcher que ces fonds sortent du territoire», a ajouté Gordhan dans un communiqué.
15h52: Bientôt une nouvelle armée ivoirienne?
Pour, le général Sékou Touré, qui faisait jusqu'à mercredi partie de l'armée fidème à Laurent Gbagbo, et qui a rallié jeudi le camp des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) d'Alassane Ouattara, «aujourd'hui, l'essentiel est que chacun puisse s'entraîner à regarder dans la même direction pour créer une nouvelle armée», réunissant les deux composantes naguère ennemies.
14h43: L'UE ne lèvera pas ses sanctions tant que Laurent Gbagbo n'aura pas quitté le pouvoir
L'Union européenne n'envisera pas de lever les sanctions à l'égard de la Côte d'Ivoire, notamment celles visant le port exportateur de cacao de San Pedro, tant que Laurent Gbagbo n'aura pas quitté le pouvoir, ont indiqué des diplomates européens. Des diplomates des 27 Etats membres de l'UE se réuniront par ailleurs en début de semaine prochaine pour adopter une liste étendue de personnes et d'entités proches du président ivoirien sortant visés par des gels d'avoirs financiers et des interdictions de voyage, ont précisé ces diplomates. «Tant que (Laurent) Gbagbo n'est pas parti, la question ne se pose pas», a dit l'un des diplomates, qui a précisé que la procédure pour lever certaines des sanctions était plus souple et plus rapide que celle permettant d'en imposer. «La situation sur place n'est pas claire, même à San Pedro», a-t-il ajouté. Un second diplomate a expliqué que les sanctions décidées depuis fin 2010 «restaient en place» et que l'UE se poserait la question le moment venu de leur révision.
14h18: Une Suédoise de l'Onuci tuée par balle à Abidjan
Une Suédoise travaillant pour la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire a été tuée par balle jeudi à Abidjan, a-t-on appris auprès de l'Onuci. Zahra Abidi a été victime d'une balle perdue, ajoute le communiqué de la mission onusienne. Elle se trouvait au balcon de la maison d'un ami lorsqu'elle a été touchée, précise-t-on de source proche des services de sécurité.
13h35: Gbagbo sur le départ?
Selon une source contactée par 20 Minutes, Laurent Gbagbo serait en passe de quitter la Côte d'Ivoire et pourrait trouver refuge au Togo.
13h29: «Le plus tôt sera le mieux» pour le départ de Gbagbo, dit Paris
Les autorités françaises souhaitent le départ de Laurent Gbagbo le plus vite possible afin de mettre fin aux violences à Abidjan, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. «Le plus tôt sera le mieux», a déclaré Bernard Valero lors d'un point de presse au Quai d'Orsay en réponse à une question sur quand Laurent Gbagbo devait partir. La France ne sait pas où se trouve actuellement Laurent Gbagbo, a-t-il ajouté. Paris n'a «pas d'informations définitives sur ce qui se passe à la présidence et à la résidence» présidentielle où Laurent Gbagbo serait retranché, a-t-il dit.
12h56: Gbagbo est «probablement au palais présidentiel»
Le président ivoirien sortant se trouve «probablement au palais présidentiel» d'Abidjan, a déclaré à l'AFP l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire, Jean-Marc Simon.
12h53: Des tirs à l'arme lourde ont été entendus près du palais présidentiel à Abidjan, attaqué par des forces pro-Ouattara
Selon une source militaire proche du camp de Laurent Gbagbo, les membres de la Garde républicaine et des miliciens restés fidèles au président sortant ripostent. Des tirs à l'arme lourde ont également été entendus en provenance du quartier de Treichville, un peu plus au sud, où la Garde républicaine protège les ponts menant à travers la lagune au centre d'Abidjan.
12h47: François Hollande se félicite de «la fin du système Gbagbo»
«C’est, et heureusement, la fin du système Gbagbo. Il était temps que les Ivoiriens eux-mêmes prennent la responsabilité de renverser celui qui n’avait pas été élu et qui s’était installé contre toute logique, contre tout respect de la démocratie. Je ne sais pas comment va se terminer cette épreuve de force. Si j’ai un message à lancer, c’est que Laurent Gbagbo quitte Abidjan et laisse Ouattara, nouveau Président, devenir le chef de l’Etat ivoirien», a-t-il indiqué sur BFM TV.
12h33: Laurent Gbagbo est toujours en Côte d'Ivoire
Un conseiller du président ivoirien a assuré que Laurent Gbagbo se trouvait «toujours en Côte d'Ivoire au poste de commande d'où il dirige la résistance». Toussaint Alain démentait ainsi une source française, citée par Le Monde, daté du 2 avril, selon laquelle les forces d'Alassane Ouattara auraient occupé la résidence du président sortant dans la nuit et constaté qu'il n'était pas là. «C'est faux, totalement fantaisiste", a-t-il dit.
11h47: L'Union africaine demande à Laurent Gbagbo de céder immédiatement le pouvoir à Alassane Ouattara
Jean Ping, le président de la commission de l'UA, affirme que Laurent Gbagbo a repoussé toutes les propositions visant à sortir pacifiquement de la crise en Côte d'Ivoire. «(Jean Ping) exhorte Laurent Gbagbo à remettre immédiatement le pouvoir au président Alassane Ouattara afin d'écourter les souffrances des Ivoiriens», est-il écrit dans un communiqué.
11h45: L'ONU demande à Alassane Ouattara de contrôler ses troupes
Le Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'Onu a exhorté Alassane Ouattara à contrôler ses troupes en Côte d'Ivoire, d'où proviennent des informations non confirmées au sujet d'enlèvements et de civils maltraités. «Nous disposons d'informations non confirmées au sujet de violations assez graves des droits de l'homme commises par les Forces républicaines de Côte d'Ivoire, les forces pro-Ouattara, en particulier dans les régions de Guiglo et de Daloa dans l'Ouest», a déclaré Rupert Coville, porte-parole de l'organisme onusien. Il a aussi fait état d'informations selon lesquelles les forces de Laurent Gbagbo auraient tué des civils. Il a rappelé aux belligérants qu'ils risquaient des poursuites devant la Cour pénale internationale (CPI).
11h41: L'ambassadeur de Côte d'Ivoire en France déplore l'entêtement de Laurent Gbagbo
Ali Coulibaly, l'ambassadeur de Côte d'Ivoire en France nommé par Alassane Ouattara, a déploré l'entêtement de Laurent Gbagbo. «On a un peu le sentiment que Laurent Gbagbo veut mourir en héros, la cause est totalement indéfendable, ça n'en vaut pas la peine», a-t-il dit sur I-Télé.
11h23: Plus de 500 étrangers, dont 150 Français, accueillis dans un camp militaire français d'Abidjan
Un demi-millier d'étrangers, dont environ 150 Français, sont accueillis depuis jeudi soir à Abidjan dans le camp militaire français de Port-Bouët, a indiqué l'état-major des armées. Les personnes accueillies, venues par leurs propres moyens ou accompagnées par des soldats, ont fui les troubles provoqués par l'offensive des forces d'Alassane Ouattara contre le président sortant Laurent Gbagbo. «Ils voulaient passer la nuit en sécurité à Port-Bouët», a déclaré le porte-parole de l'état-major français, Thierry Burkhard. Selon lui, les troubles, provoqués par des pillards, ne visent pas la communauté française, évaluée à environ 15.000 personnes dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire. «Il y a un vide sécuritaire de la part des forces de sécurité ivoiriennes, donc ça ouvre la porte aux pillards de tous bords qui rôdent dans les rues», a dit le colonel Burkhard. «Il n'y a pas de signe qui montre que les Français sont spécifiquement visés. Les pillards pillent les maisons où il y a quelque chose à prendre», a-t-il ajouté. Un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a de nouveau demandé ce vendredi aux ressortissants français de rester vigilants et d'éviter de sortir de chez eux. Aucun projet de rapatriement ne semble d'actualité. «Il n'y a aucune de nos actions qui est conduite dans ce sens-là», a dit Thierry Burkhard. Les soldats de la force Licorne ont de nouveau patrouillé vendredi dans la Zone 4, dans le sud de la ville, où vivent la plupart des ressortissants français. «Il y a eu quelques tirs sporadiques cette nuit lors des patrouilles, mais qui n'ont a priori pas spécifiquement visé les patrouilles», a encore rapporté le porte-parole de l'état-major.
10h47: Laurent Gbagbo ne va pas se rendre, selon l'un de ses conseillers
Laurent Gbagbo n'entend pas se rendre ou céder le pouvoir en dépit des combats à Abidjan autour de sa résidence, a déclaré Toussaint Alain, conseiller du président sortant. Il a affirmé que les fidèles de Laurent Gbagbo avaient réussi à repousser dans la nuit les forces d'Alassane Ouattara et qu'ils effectuaient en fin de matinée des «opérations de ratissage» autour de la résidence. «Laurent Gbagbo ne va pas se rendre, il n'y aura pas de reddition. Il est hors de question qu'il se rende ou qu'il abdique», a dit Toussaint Alain. Il a également affirmé que la garde républicaine et des jeunes en armes partisans du président sortant avaient réussi à reprendre au petit matin le siège de la radiotélévision ivoirienne (RTI).
10h16: Les combats se poursuivent autour de la résidence de Laurent Gbagbo
Les combats se poursuivaient ce vendredi matin à Abidjan autour de la résidence de Laurent Gbagbo, attaquée durant la nuit par les forces d'Alassane Ouattara, a déclaré un porte-parole de ce dernier. Ce dernier a dit ne pas savoir en revanche si Laurent Gbagbo se trouvait à l'intérieur de sa résidence. Patrick Achi a ajouté que les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), l'armée d'Alassane Ouattara, s'étaient emparées du siège de la radiotélévision ivoirienne (RTI), qui a cessé d'émettre. De source militaire dans le camp Gbagbo, on a confirmé l'attaque de la résidence du président sortant mais on a assuré que des combats se poursuivaient pour le contrôle de la RTI.
9h24: Jean-Marc Ayrault appelle Alassane Ouattara à éviter la guerre civile
Le chef de file des députés socialistes appelle ce vendredi matin sur Twitter Alassane Ouattara à «éviter les règlements de compte et la guerre civile». «Seul légitime, il doit exercer sa pleine responsabilité», ajoute-t-il. Selon Jean-Marc Ayrault, les derniers événements montrent que «Laurent Gbagbo accepte enfin le vote démocratique des citoyens: il en aura fallu de la violence et des massacres pour qu'il s'en aille».
8h11: La maison de Laurent Gbagbo attaquée par les partisans d'Alassane Ouattara
Les forces fidèles à Alassane Ouattara ont attaqué la résidence du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo à Abidjan, a annoncé un porte-parole du gouvernement de Ouattara. «Sa maison est attaquée, c'est certain. Il y a de la résistance, mais elle est attaquée», a déclaré Patrick Achi. L'attaque a été confirmée de source militaire proche du camp Gbagbo. Les gardes du corps du chef de l'Etat sortant ont riposté, a-t-on ajouté.

La crise en Côte d'Ivoire s'est nettement accentuée avec l'arrivée des partisans d'Alassane Ouattara à Abdijan jeudi. Leur intention: évincer Laurent Gbagbo du pouvoir.

Des tirs d'armes lourdes ont retenti pendant plusieurs heures, jeudi, dans le centre de la capitale économique. Selon des habitants, la Radio télévision ivoirienne (RTI) a cessé d'émettre à 23h45 après avoir diffusé à plusieurs reprises des images de Laurent Gbagbo et de ses proches. Il devait prendre la parole devant les caméras ce vendredi.

Fermeture des frontières

Le gouvernement d'Alassane Ouattara avait auparavant ordonné la fermeture jusqu'à nouvel ordre des frontières terrestres, aériennes et maritimes et imposé un couvre-feu nocturne. Les forces fidèles à Laurent Gbagbo auraient en outre cédé le contrôle de l'aéroport d'Abidjan aux casques bleus de l'Onuci.

Des militaires français se sont déployés en plusieurs points d'Abidjan pour prévenir d'éventuelles attaques de ressortissants français par des partisans de Gbagbo, a-t-on rapporté de différentes sources. Les militaires français de la force Licorne ont simplement renforcé leur dispositif de surveillance dans certains quartiers où opèrent des groupes crapuleux, a précisé à Paris l'état-major français des armées.