la zone d'évacuation n'est toujours pas élargie

gilles Wallon (avec reuters)

— 

La centrale de Fukushima.
La centrale de Fukushima. — HO NEW / REUTERS

Pas d'élargissement de la zone d'évacuation. Hier, le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a refusé de doubler le périmètre de sécurité de 20 km, qui entoure actuellement la centrale nucléaire de Fukushima. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ainsi que l'Agence japonaise de sécurité nucléaire avaient pourtant conseillé l'application immédiate de cette mesure, après avoir mesuré des niveaux de radiation inquiétants à une distance de 40 km de la centrale. Des relevés laissent également supposer que des substances radioactives s'écoulent en permanence dans la mer.

Trois semaines d'attente
Près de 136 000 personnes vivent toujours dans un périmètre situé entre 20 et 30 km de la centrale. Le gouvernement leur a « conseillé » de partir, ou de rester calfeutrés chez eux. Mais il refuse de donner une consigne formelle. Certains attendent chez eux depuis maintenant trois semaines, dans une zone à moitié dévastée, et sans savoir combien de temps dureront les opérations à la centrale. Mais le gouvernement japonais et la compagnie nucléaire Tepco avouent qu'ils ne voient pour l'instant aucune issue à la crise. Une équipe de 140 militaires américains, spécialistes en radiations nucléaires, va être prochainement dépêchée au Japon pour éviter une catastrophe nucléaire majeure. Et les autorités assurent qu'elles évaluent quotidiennement la pertinence d'agrandir la zone d'évacuation.

sarkozy au japon

En visite officielle au Japon, Nicolas Sarkozy a souhaité que des normes internationales de sécurité nucléaire soient établies avant la fin 2011. Une rencontre des pays du G20 sur le sujet pourrait être organisée à Paris, en mai.