La levée de l'état d'urgence à l'étude

— 

Bachar al-Assad, confronté depuis deux semaines à une vague de contestation sans équivalent depuis son arrivée au pouvoir il y a onze ans, a ordonné la création d'une commission de juristes chargée d'examiner la levée de l'état d'urgence en vigueur depuis 1963 en Syrie, a annoncé hier l'agence de presse officielle Sana. La levée de l'état d'urgence est l'une des principales revendications des manifestants, qui réclament une démocratisation du régime et la fin de la corruption. L'état d'urgence sera remplacé par une législation sur la lutte contre le terrorisme, a précisé l'agence, ajoutant que la commission terminera ses travaux d'ici au 25 avril. La décision de créer une telle commission a été accueillie avec scepticisme par certains observateurs. « Quand on met en place une commission dans cette région du monde, cela signifie qu'on veut laisser pourrir la question. Al-Assad cherche à gagner du temps », estime Hilal Khachan, professeur de sciences politiques à l'université américaine de Beyrouth.