Libye: Le ministre des Affaires étrangères de Kadhafi se réfugie en Grande-Bretagne

CONFLIT Moussa Koussa ne cautionnait pas les attaques commises par le régime Kadhafi contre les civils...

C.C. avec Reuters

— 

L'ex-ministre libyen des Affaires étrangères, Moussa Koussa, le 18 mars 2011 à Tripoli.
L'ex-ministre libyen des Affaires étrangères, Moussa Koussa, le 18 mars 2011 à Tripoli. — FACELLY / SIPA

Nouvelle défection pour Mouammar Kadhafi. Moussa Koussa, ministre libyen des Affaires étrangères, est arrivé mercredi en Grande-Bretagne, en provenance de Tunisie où il était depuis lundi. «Il s'est rendu ici de son plein gré. Il nous a dit qu'il démissionnait de ses fonctions», a confirmé le Foreign Office britannique.

S’il s’agit d'un coup dur pour le régime Kadhafi, Moussa Koussa n'appartenait toutefois pas au cercle le plus rapproché du dirigeant libyen. Un ami de l’ex-ministre, Noman Benotman, a déclaré que le chef de la diplomatie libyenne avait démissionné en raison des attaques commises par les forces de Kadhafi contre des civils.

«Il n'était pas du tout content. Il ne soutient pas les attaques du gouvernement contre les civils», a indiqué Noman Benotman. «Il vient chercher refuge en Grande-Bretagne et il espère qu'il sera bien traité», a-t-il ajouté. Peu après son arrivée, il a été interrogé par des responsables du Foreign Office et des agents des services de renseignement britanniques.

Moussa Koussa, chef d’orchestre de la réhabilitation libyenne

Né en 1950, Moussa Koussa, qui est diplômé de l'Université du Michigan et parle couramment anglais, avait été nommé en mars 2009 à la tête de la diplomatie libyenne, en remplacement d'Abdourrahman Mohamed Chalgham, lui-même nommé ambassadeur aux Nations unies. Koussa était devenu en 1994 chef du renseignement extérieur libyen et, de l'avis de nombreux diplomates, il avait conservé ses fonctions au sein des services d'espionnage après son arrivée au ministère des Affaires étrangères.

Koussa est à l'origine du revirement spectaculaire de la diplomatie libyenne au début des années 2000, lorsque Kadhafi a négocié sa renonciation aux armes de destruction massive contre sa réintégration au sein de la communauté internationale. De concert avec l'un des fils de Kadhafi, Saïf al Islam, Koussa joua ainsi un rôle de premier plan dans les tractations permettant, en 2004, la levée des sanctions internationales contre la Libye. Depuis lors, il a fourni à Washington des renseignements sur les activités du réseau Al-Qaida en Libye et plus généralement en Afrique du Nord.

Le régime libyen nie la défection de Moussa Koussa

Il y a une douzaine de jours, Koussa était apparu lors d'une conférence de presse à Tripoli pour annoncer l'arrêt immédiat de toutes les opérations militaires contre les insurgés libyens. Cette annonce n'avait pas été suivie d'effets. Avant le déclenchement de l'insurrection libyenne, certains signes montraient qu’il n'était plus en odeur de sainteté dans l'entourage de Kadhafi. Des informations, non confirmées, ont même fait état d'une altercation physique, devant plusieurs personnes entre le ministre et l'un des fils Kadhafi.

«Koussa est l'une des plus hautes personnalités du gouvernement de Kadhafi et son rôle était de représenter le régime sur le plan international, ce qu'il ne souhaite plus faire», a indiqué le Foreign Office en ajoutant que Londres encourageait les membres de l'entourage de Kadhafi à le quitter. Le régime libyen a assuré que le ministre des Affaires étrangères n'avait pas fait défection et qu'il était en mission diplomatique.