Singapour: De profs de flirt pour célibataires trop timides

© 2011 AFP

— 

A 17 ans, Xavier See se trouvait moche, avait peu de copains et guère de succès auprès des filles. Six ans plus tard, il a perdu ses complexes, grâce à un coach spécialisé dans l'aide aux célibataires mal dans leur peau de Singapour.

L'expert en flirt a changé sa vie

«Physiquement, je n'étais pas terrible; ma peau était blafarde et mes cheveux en vrac. Socialement, je n'avais pas confiance en moi. Je n'imaginais pas que quelqu'un puisse s'intéresser à moi», témoigne Xavier.

Après avoir découvert un site de rencontres en ligne, il décide de faire appel à un expert en flirt, qui a changé sa vie.

Tant et si bien que Xavier See s'est lancé dans la même profession. A 23 ans, élégant et sûr de lui, il enseigne désormais comment conquérir le coeur des femmes pour 1.800 dollars singapouriens (1.400 dollars) le stage de trois jours.

Plus d'hommes célibataires que de femmes

«Les hommes qui viennent me voir veulent gagner en confiance pour être sûrs de savoir comment aborder et séduire la femme de leur vie lorsque celle-ci se présentera», explique-t-il.

La clientèle ne manque pas à Singapour, une oasis de prospérité en Asie où le travail, la compétition et l'argent règnent en maître. Résultat: 43% des hommes entre 30 et 34 ans y sont célibataires. Et lorsqu'ils décident de fonder une famille, ils sont confrontés au déséquilibre entre les sexes car seulement 31% des femmes du même âge vivent seules.

Inquiètes de la chute des taux de mariage et de natalité, parmi les plus faibles au monde, les autorités ont lancé plusieurs campagnes ces dernières années pour inciter les célibataires à penser davantage à l'amour. En 2009, seuls 6,6 unions ont été célébrées pour 1.000 habitants contre 7,8 dix ans plus tôt.

Bonne diction et présentation avantageuse

Dans ses stages, Xavier See enseigne à ses clients la «dynamique» des relations homme-femme, l'importance d'une bonne diction et d'une présentation avantageuse. Il les emmène ensuite sur le terrain -dans la rue, les cafés, les clubs ou les librairies- afin de leur montrer comment se comporter avec une femme qu'ils n'ont jamais rencontrée.

«Dans les sociétés asiatiques, plutôt conservatrices, nous n'osons pas prendre autant de risques que les hommes d'autres pays», affirme «Skilldo», un coach qui a reçu plus de 700 personnes depuis en 2007.

Une société de casaniers

A cela s'ajoute l'impact des nouvelles technologies et d'un mode de vie de plus en plus sédentaire et casanier.

«De nombreux gars sont peu sociables. Ils travaillent, puis jouent sur leur ordinateur et, de ce fait, font peu de rencontres», témoigne Ryan Tan, qui a suivi un stage de flirt en 2008.

La magie, le truc en plus pour draguer

Ce vendeur de 32 ans affirme que cette formation l'a grandement aidé à courtiser Theresa Low, 35 ans, sa petite amie depuis deux ans, qu'il prévoit d'épouser cette année.

Certains clients sont bien plus jeunes, comme Mike, 21 ans, qui mémorise consciencieusement le jargon du flirt et la meilleure manière d'accrocher le regard. «Ce sont des conseils utiles pour ceux qui sont trop discrets ou n'ont pas confiance en eux», selon lui.

La magie peut aussi aider à draguer, affirme Derick Ho, 29 ans, qui donne des cours chez «Secret Skills». «Elle permet de briser la glace plus rapidement», explique cet expert, pour qui un tour de magie épice une discussion ennuyeuse, déride une femme et aide ainsi l'homme à apparaître sous son meilleur jour. «Ce n'est pas grave si le tour rate car je ferai quand même rire», affirme Derick, sûr du succès de ses recettes.