Fukushima: Un niveau de radioactivité 3.000 fois supérieur à la normale relevé dans la mer

JAPON Les autorités japonaises ne sont pas en mesure de dire quand la situation sera sous contrôle...

C.C. avec Reuters

— 

HO NEW / REUTERS

Les autorités japonaises ont fait état ce mercredi d'un niveau de radioactivité plus de 3.000 fois supérieur à la limite autorisée dans l'eau de mer au large de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima-Daiichi.

Pas de danger pour l’homme

Selon l'Agence de sûreté nucléaire et industrielle japonaise, l'eau de mer du Pacifique, près du réacteur numéro 1 de la centrale de Fukushima-Daiichi, contient 3.355 fois plus d'iode radioactif que la limite permise. Hidehiko Nishiyama, directeur général adjoint de cette agence, a cependant minimisé les retombées potentielles de cette eau radioactive sur l'homme, dans la mesure où les habitants de la région ont été évacués et où il n'y a pas non plus d'activité de pêche dans le secteur.

«L'iode 131 a une demi-vie de huit jours, et même en prenant en compte sa concentration dans la vie marine, il se sera considérablement détérioré lorsqu'il atteindra des personnes», a dit Nishiyama. L'agence a fait savoir d'autre part que la radioactivité de l'eau présente dans les tunnels sous la centrale était faible mais qu'il n'était pas prévu de l'évacuer dans la mer.

Le Japon pas en mesure de dire quand la situation sera contrôlée

Cet événement intervient alors que la France et les Etats-Unis vont aider le Japon à contenir la radioactivité et à maîtriser la situation dans la centrale. L'aide extérieure apparaît d'autant plus utile que ce mercredi, le gouvernement japonais reconnaissait également ne pas être du tout en mesure de dire quand la situation sera maîtrisée à la centrale.

«Nous étudions diverses mesures, mais à ce stade, nous ne sommes pas en mesure de dire quand nous contrôlerons de nouveau la situation», a admis Yukio Edano, secrétaire général et porte-parole du gouvernement. Par ailleurs, le ministère japonais de l'Economie (Meti) a annoncé ce mercredi une mise à jour des règles de sécurité pour ses 55 centrales nucléaires.

Coopération étroite avec les Etats-Unis

A ce stade, deux des six réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi - 5 et 6 - sont considérés comme maîtrisés et potentiellement réutilisables par l'exploitant de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), mais les quatre autres sont instables et ne devraient plus être réactivés dans le futur. Les barres de combustible dans les réacteurs 1, 2 et 3 sont endommagées et des fuites sont hautement probables à travers leurs enceintes de confinement. 

Le Premier ministre japonais Naoto Kan a eu ce mercredi une conversation téléphonique avec le président américain Barack Obama, et les deux hommes ont estimé qu'une coopération étroite entre leurs deux pays était capitale pour gérer la situation à Fukushima, rapporte l'agence de presse japonaise Jiji.

Le PDG de Tepco hospitalisé

Le département américain de l'Energie envisage d'envoyer au Japon des robots, qui pourraient aller au plus près des coeurs des réacteurs et des piscines de combustible usé. Obama a promis en outre une aide aux populations sinistrées, à la fois à court terme et sur le long terme.

Par ailleurs, Tepco a annoncé que son PDG Masataka Shimizu, qui n'avait plus été vu en public depuis le 13 mars, avait été hospitalisé mardi pour hypertension et vertiges. C'est désormais le président de Tepco, Tsunehisa Katsumata, qui est aux commandes.