« L'Europe demande le départ de Muammar Kadhafi »

— 

Laurent Wauquiez
Ministre des Affaires européennes.
Lors du Conseil européen,

les Vingt-Sept ont appelé Kadhafi à « quitter immédiatement le pouvoir ». Or, la résolution 1973 de l'ONU vise uniquement à protéger les civils.

Quel est le véritable objectif en Libye ?
Le seul objectif de l'intervention militaire, c'est de protéger les civils. Sur le plan politique, et dans le prolongement de la résolution, l'UE demande le départ de Kadhafi. Le devoir de l'UE est double : éviter les massacres – nous avons évité que Benghazi devienne un nouveau Srebrenica – et accompagner le peuple vers une transition démocratique.
Et si Kadhafi reste ?
Le pire n'est jamais sûr. On pèse de tout notre poids pour éviter que la folie de cette dictature reste en place. L'investissement de la France a porté ses fruits, donc on peut raisonnablement être optimiste. En une semaine, la coalition a arrêté l'avancée de Kadhafi. Après, personne ne souhaite un enlisement.
Quel est le rôle de l'Europe en Libye ?
Il y a trois points importants. Au-delà des différences de sensibilité, l'UE a eu une voix unie pour dire « Kadhafi doit partir » et « on soutient la résolution de l'ONU ». Ce n'était pas gagné. Deuxièmement, elle assure le suivi humanitaire aux frontières. Troisièmement, l'UE avance sur les sanctions pour éviter que Kadhafi utilise l'argent du pétrole pour payer des mercenaires. Sur le plan politique, notre préoccupation, c'est de sauvegarder l'unité de la Libye pour qu'elle ne s'émiette pas en tribus s'opposant les unes aux autres.Recueilli par F. V.