Monde

Paris prêt à discuter d'une aide militaire aux rebelles libyens

La France est prête à discuter avec ses alliés d'une aide militaire aux rebelles en Libye, a déclaré mardi le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, tout en soulignant que ce n'était pas prévu par les récentes résolutions de l'Onu sur ce pays.

La France est prête à discuter avec ses alliés d'une aide militaire aux rebelles en Libye, a déclaré mardi le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, tout en soulignant que ce n'était pas prévu par les récentes résolutions de l'Onu sur ce pays.

"Ce n'est pas ce que prévoit la résolution 1973, ni la résolution 1970. Pour l'instant la France s'en tient à la stricte application de ces résolutions. Cela dit, nous sommes prêts à en discuter avec nos partenaires", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse.

Il s'exprimait à Londres à l'issue de la première réunion d'un groupe de contact créé pour s'occuper du dossier de la Libye, et qui va réunir à l'avenir, selon lui, une vingtaine de membres, dont une quinzaine d'Etats complétés d'organisations (Onu, UE, Ligue arabe...).

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, avaient indiqué plus tôt sur la chaîne de télévision ABC que les Etats-Unis "n'excluaient pas" de fournir une assistance militaire aux insurgés libyens afin de les aider à renverser le colonel Mouammar Kadhafi.

Selon des sources américaines, la résolution 1973 de l'Onu, qui "autorise toutes les mesures nécessaires" pour protéger les populations civiles, permettrait d'éventuelles livraisons d'armes ou de la formation militaire.

M. Juppé n'a pas précisé la nature de l'aide dont la France entend discuter.