Caucase russe: Le leader de la rébellion islamiste peut-être tué

© 2011 AFP

— 

Le chef de la guérilla islamiste dans le Caucase russe, le Tchétchène Dokou Oumarov, pourrait figurer parmi les 17 rebelles tués lundi au cours d'une opération militaire en Ingouchie, a déclaré ce mardi une source policière locale, citée par l'agence Interfax.

Sa mort a été annoncée à plusieurs reprises

«Selon des informations préliminaires, des membres de la garde de Dokou Oumarov se trouvaient parmi les rebelles. Cela permet de supposer que Dokou Oumarov lui-même a aussi été tué», a indiqué cette source.

Le sort de Dokou Oumarov, qui s'est auto-proclamé chef d'un «émirat du Caucase», fait régulièrement l'objet de spéculations. Sa mort a été annoncée à plusieurs reprises ces dernières années, sans être jamais confirmée de source officielle.

Dans son dernier message vidéo, diffusé en mars par des sites islamistes, Dokou Oumarov apportait son soutien aux mouvements de révolte dans le monde arabe.

Une opération de destruction d'une base de rebelles

Les autorités russes ont annoncé lundi la destruction d'une base de rebelles présumés en Ingouchie, république instable du Caucase russe, à la suite d'une frappe aérienne et d'une opération au sol.

«Plusieurs chefs rebelles se trouvaient à la base» au moment de cette opération, a déclaré ce mardi le président d'Ingouchie, Iounous-Bek Evkourov, cité par les agences de presse russes.

Le président russe Dmitri Medvedev a qualifié vendredi de «châtiment légitime» cette opération lancée dans le cadre de l'enquête sur l'attentat à l'aéroport de Moscou-Domodedovo le 24 janvier, qui avait fait 37 morts.

La rébellion a subi de nombreuses pertes

Les enquêteurs ont «établi le cercle complet des suspects impliqués dans ce crime grave. La plupart des suspects ont été éliminés au cours de cette opération», a déclaré Dmitri Medvedev, cité par les agences russes, lors d'une rencontre avec le directeur adjoint du Service fédéral de sécurité (FSB), Sergueï Smirnov.

«Nous avons infligé d'importantes pertes à la rébellion», a-t-il ajouté.

Des rebelles auteurs des attentats à Moscou

L'attentat à Moscou-Domodedovo a été revendiqué par Dokou Oumarov, tout comme plusieurs autres opérations meurtrières, dont les deux attentats suicide qui avaient fait 40 morts le 29 mars 2010 dans le métro de Moscou.

La Russie commémorait  ce mardi le double attentat, commis à une heure de pointe par deux femmes kamikazes. Dès le matin, des centaines de personnes venaient déposer des fleurs dans les stations de métro Loubianka et Park Koultoury, où les explosions s'étaient produites il y a un an.

Le Comité d'enquête russe, chargé des investigations dans le pays, a annoncé ce mardi avoir identifié tous les organisateurs directs de ces attentats, dont Goussen Magomedov, 22 ans, originaire du Daguestan, république instable caucasienne, qui aurait accompagné les kamikazes à Moscou.

Avis de recherche contre Magomedov

La Russie a lancé un avis de recherche internationale contre Magomedov, qui est actuellement en fuite, a indiqué le comité.

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) entre forces russes et indépendantistes, la rébellion locale s'est progressivement islamisée et a de plus en plus débordé hors des frontières tchétchènes pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.